Franck Biasotto, lors de la campagne municipale 2020. / © DR

Objectif 2026 pour Franck Biasotto

Parti en dissidence lors des dernières municipales sous les couleurs centristes, l’ancien adjoint de Jean-Luc Moudenc n’a pas tiré sa révérence politique. Après une année de réflexion, Franck Biasotto travaille avec une équipe « d’une quinzaine » de fidèles pour lancer une nouvelle structure en juin prochain. Reconverti dans la promotion immobilière, l’ex-président de Toulouse Métropole Habitat planche encore sur le nom de cette nouvelle entité. S’agira-t-il de « Toulouse, belle et forte », le nom de sa liste battue au premier tour l’an dernier ? Rien n’est encore acté, mais l’objectif est clair : présenter une nouvelle liste lors des prochaines élections municipales, en 2026.

« Nous avons cinq ans pour nous préparer. Je vais reprendre la méthode de Moudenc en 2008 et l’améliorer. Nous allons mailler le territoire toulousain et reprendre contact avec les associations », assure-t-il à Mediacités. Franck Biasotto sait de quoi il parle : il fait partie des rares à avoir accompagné Jean-Luc Moudenc lors de sa traversée du désert après sa défaite en 2008. Une campagne de terrain de longue haleine qui lui avait permis de récupérer le Capitole en 2014.

Franck Biasotto part cependant d'encore plus loin. L'an dernier, il n'a recueilli que 2 594 voix, soit 2,92 % des suffrages exprimés au premier tour.

Précédemment dans l'Oeil

Trois élus quittent le groupe écologiste à Toulouse Métropole

Le groupe Métropole écologiste et citoyenne pour des territoires solidaires (MecTS) va bientôt perdre trois élus. Ana Faure et Albert Sanchez, élus Générations à Cugnaux, ainsi que Julienne Mukabucyana, élue à Toulouse vont quitter le groupe d'opposition présidé par Isabelle Hardy (Générations) et Thomas Karmann (EELV). Rejoints par l'écologiste indépendant columérin Patrick Jimena, ils vont […]

Trois ans d’inéligibilité pour le maire de Mondouzil

L'ex-LREM Robert Médina ne pourra plus se présenter à une élection pendant trois ans car il n'a pas respecté le code électoral lors des dernières élections sénatoriales.