Aurélien Pradié (à gauche), en compagnie de l'eurodéputé LR François-Xavier Bellamy et de Laurence Arribagé, présidente de LR31 / © Guilhem Dorandeu

Le député LR Aurélien Pradié se dote d’un micro-parti

«Du courage ! », le slogan de campagne d’Aurélien Pradié est devenu le nom de son microparti, agréé le 14 juin par la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP).

Créé dans l'optique des élections régionales en Occitanie (lors de laquelle il a terminé 3e avec 18,3 % des votes), cet outil visait d’abord soutenir une campagne que le candidat Les Républicains a financé grâce à un emprunt personnel de 700 000 euros. Les dons aux micropartis étant plafonnés à 7 500 euros, cette structure a permis au candidat LR de contourner légalement la limitation à 4 600 euros des dons de particuliers destinés à financer une campagne électorale. Ainsi, les principaux candidats de sa liste - placés en position éligible - ont contribué à hauteur de 6 000 euros par personne. Des dons qui ont pu se transformer en prêts remboursables du microparti à la campagne.

La vie du microparti d'Aurélien Pradié ne fait que commencer. Comme le précise l’article 2 de ses statuts, « Du Courage ! » a « pour objet de contribuer au débat d’idées local, régional et national ». Comme Laurent Wauquiez, Jean-Luc Moudenc ou Xavier Bertrand, Aurélien Pradié se dote donc d’une structure capable de financer d’autres campagnes, plus nationale, voire plus personnelle. « Mon mouvement politique, c’est les Républicains », assure le Lotois, lui-même secrétaire général de LR. Les ambitions de « Du courage !» resteront donc – pour l’instant - limitées.

Précédemment dans l'Oeil

Des locataires de TMH dénoncent les nuisances excessives lors d’un chantier de rénovation

Le bailleur social a reconnu des erreurs en début de chantier et s'engage à améliorer la communication avec les habitants.

Au Département, l’opposition réclame des moyens pour exercer son rôle

Quatre mois après les élections départementales, les élus d'opposition siégeant au conseil départemental de Haute-Garonne ont-ils été oubliés par l'administration ?