Aurélien Pradié (à gauche), en compagnie de l'eurodéputé LR François-Xavier Bellamy et de Laurence Arribagé, présidente de LR31 / © Guilhem Dorandeu

Le député LR Aurélien Pradié se dote d’un micro-parti

«Du courage ! », le slogan de campagne d’Aurélien Pradié est devenu le nom de son microparti, agréé le 14 juin par la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP).

Créé dans l'optique des élections régionales en Occitanie (lors de laquelle il a terminé 3e avec 18,3 % des votes), cet outil visait d’abord soutenir une campagne que le candidat Les Républicains a financé grâce à un emprunt personnel de 700 000 euros. Les dons aux micropartis étant plafonnés à 7 500 euros, cette structure a permis au candidat LR de contourner légalement la limitation à 4 600 euros des dons de particuliers destinés à financer une campagne électorale. Ainsi, les principaux candidats de sa liste - placés en position éligible - ont contribué à hauteur de 6 000 euros par personne. Des dons qui ont pu se transformer en prêts remboursables du microparti à la campagne.

La vie du microparti d'Aurélien Pradié ne fait que commencer. Comme le précise l’article 2 de ses statuts, « Du Courage ! » a « pour objet de contribuer au débat d’idées local, régional et national ». Comme Laurent Wauquiez, Jean-Luc Moudenc ou Xavier Bertrand, Aurélien Pradié se dote donc d’une structure capable de financer d’autres campagnes, plus . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Pierre Januel
Basé dans la métropole lilloise, je suis journaliste indépendant depuis 2017. Avant ça, j'ai travaillé au Parlement (pour des députés écolos) et au ministère de la Justice. Ces expériences m'ont donné une bonne connaissance de la vie parlementaire et du droit, ce que j'utilise depuis. Je fais ainsi régulièrement des recours CADA pour obtenir des documents administratifs. Outre Mediacités, je travaille pour Dalloz actualité, La Lettre A, Mediapart, L'Hémicycle ou Nextinpact. J'ai co-écrit en 2022 un livre sur les questions des libertés : "Comment l'État s'attaque à nos libertés" (Plon).

Précédemment dans l'Oeil

Actions en justice : la mairie de Toulouse manque à son devoir de transparence

Quand une commune est impliquée dans une procédure judiciaire, elle doit le rendre public. À Toulouse, la mairie n’a pas respecté cette obligation réglementaire dans au moins 30 cas.

Le retour de Sandrine Mörch au journalisme fait des vagues à France Télévisions

Une phrase malheureuse de l'ex-députée de Haute-Garonne a provoqué l'ire du syndicat national des journalistes de la chaine publique que compte réintégrer Sandrine Mörch.