Homophobie : à La Madeleine, le maire perd définitivement contre son employée

Tango
Le livre pour la jeunesse “Tango a deux papas” était au coeur du duel judiciaire entre la municipalité et une bibliothécaire. Image: couverture du livre/Béatrice Boutignon/Editions Le Baron perché

Publié le

Temps de lecture : 2 minutes

Par Geoffroy Deffrennes

La Cour d'appel de Douai vient de mettre un terme au vif confit qui opposait Sébastien Leprêtre et l'une de ses employées de la médiathèque municipale sur fond d'accusations d'homophobie.

Il s’agit de l’épilogue d’une vieille affaire judiciaire qui tombe au plus mal pour le maire de La Madeleine, Sébastien Leprêtre, à quelques jours du scrutin municipal. Le 7 février dernier, la Cour administrative d’appel de Douai a rejeté l’appel de la ville dans l’affaire qui l’opposait à l’une de ses anciennes employées à la médiathèque. L’origine de ce dossier sensible remonte au 20 novembre 2014. Ce jour-là, lors d’une réunion de service où étaient présents six collègues, ainsi que la directrice de la médiathèque et la directrice des services à la population, Yveline Perroy s’était insurgée contre la décision de retirer de la tête de gondole du rayon enfants une bande dessinée de l’auteure Béatrice Boutignon, « Tango a deux papas, et pourquoi pas ? ».

La bande dessinée, inspirée d’un fait réel, présentait deux manchots mâles élevant un petit. Des usagers de la médiathèque s’étant plaints auprès du maire, la décision de retrait fut prise. Mais Yveline Perroy, qui était alors responsable des rayons enfance, avait estimé que cela pouvait « s’apparenter à de l’homophobie ». Elle avait ajouté : « Même à Hénin-Beaumont (NDLR : ville détenue par le Rassemblement national), cela ne se passe pas comment cela ! » Le conflit avait abouti à une mise à pied de trois jours. L’employée a alors saisi la juste et demandé l’annulation « pour excès de pouvoir » de cette sanction.
« Glissement sémantique »
Il s’en est suivi un long parcours judiciaire. Le 14 mars 2017, le tribunal administratif de Lille donne raison à la plaignante dans cette affaire

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Les journalistes de Mediacités vous proposent chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs. En vous inscrivant aujourd’hui, vous pourrez :

  • Accéder aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrir un média 100% indépendant et sans aucune publicité

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers.