Alors qu’un nouveau conseil municipal doit se tenir ce lundi à Treillières, le maire (centre droit) de la commune du nord de Nantes, Alain Royer vient d’être purement et simplement éjecté de son fauteuil de conseiller communautaire. C’est le président la Communauté de communes d’Erdre-et-Gesvre (CCEG), Yvon Lerat, lui même élu de Treillières , qui l’annonce dans un communiqué. « En analysant l’impact produit sur la CCEG de cette situation découlant d’un problème interne à la gouvernance de sa commune, je lui ai demandé de prendre ses responsabilités. (…) celui-ci, à l’issue de cette discussion, m’a remis sa démission en tant que conseiller communautaire ».

Suite aux révélations de Mediacités et à notre série d’enquêtes menées depuis plus d’un an (voir ci-dessous), la position d’Alain Royer était de plus en plus fragile. Déjà lâché par bon nombre de ses adjoints au sein de la municipalité, il avait été pris à partie par certains de ses collègues élus lors du dernier conseil communautaire de la CCEG, le 22 septembre. Toutes tendances politiques confondues, plusieurs maires avaient dénoncé ses mensonges, et expliqué que les affaires touchant sa commune empêchaient l’intercommunalité de fonctionner « dans un climat de confiance ».

Démissionnaire de son poste de conseiller communautaire, Alain Royer a indiqué dans un communiqué envoyé mardi après-midi qu'il conserverait en revanche son fauteuil de maire de Treillières. « Après les différentes . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Benjamin Peyrel
Co-fondateur de Mediacités et rédacteur en chef de son édition nantaise. Avant de me lancer dans cette aventure, j'ai débuté au quotidien La Croix et suis passé par différentes rédactions avant de rejoindre L’Express et d'écumer préfectures et sous-préfectures pendant dix ans. Je m’intéresse notamment aujourd’hui aux montagnes de données que les collectivités comme les citoyens produisent quotidiennement et aux moyens de les utiliser pour faire avancer le débat public.
Voir ma déclaration d’intérêts