Parce qu’ils doivent condenser en peu de mots et d’images une démarche politique, les tracts électoraux racontent beaucoup de ceux qui brigueront nos suffrages en mars prochain pour les élections municipales et métropolitaines. Après ceux d’Etienne Blanc (LR) et de Gérard Collomb (LREM), Mediacités décortique le bout de papier de Georges Képénékian, éphémère maire de Lyon entre 2017 et 2018 (quand l’actuel était au ministère de l’Intérieur) qui espère faire son retour à l’hôtel de ville par la grande porte en mars prochain.

> Cliquez ici si vous souhaitez afficher le tract en grand.

1. À L’ÉCONOMIE

C’est la première chose qui frappe en prenant ce tract : l’équipe de campagne de « Képé » semble regarder à la dépense. Ou bien a-t-elle décidé de la jouer modeste ? Pas de papier glacé clinquant en tout cas, mais une bandelette mate pliée en deux qui donne au flyer des airs de gros post-it imprimé au bureau, entre deux photocopies, et massicoté à la va-vite : sur la première page, le « R » du slogan « Respirations » se retrouve privé de sa jambe gauche.

Entré

Plus que jamais, votre ville a besoin d'un média indépendant.

Abonnez-vous dès 5€ par mois