Rachat de l’Olympique lyonnais : la fin du feuilleton ne lève pas toutes les inconnues

Reporté à six reprises, le bouclage de la reprise de l’OL par John Textor est enfin sur le point d’aboutir. Mais le montage de l’opération pose plusieurs questions gênantes sur l’avenir du club. Décryptage.

John Textor
John Textor, patron d’Eagle Football Holdings, bientôt propriétaire d’OL Groupe, la maison mère de l’Olympique lyonnais.

Le feuilleton de la vente de l’Olympique lyonnais devrait prendre fin le 19 décembre prochain. C’est ce qu’annonce un communiqué publié samedi soir par OL Groupe, la maison mère du club. Le bouclage de l’opération aura ainsi duré six mois, signe que le montage financier a été plus compliqué que prévu à trouver…

Censées se terminer le 30 septembre, les négociations exclusives engagées avec l’Américain John Textor ont été prolongées à six reprises ! Un dernier délai lui a même été octroyé bien qu’il n’ait pas respecté l’« ultime » ultimatum fixé au 7 décembre. C’est dire si, malgré les tensions et les doutes qui ont accompagné ces reports, les actionnaires d’OL Groupe avaient

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers. En cas d'échec, écrivez à contact@mediacites.fr

  • Accédez aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrez un média 100% indépendant et sans aucune publicité

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. En vous abonnant aujourd’hui, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 5 minutes

Par Yves Adaken