Quel sens donner à une démocratie sous confinement ? Quelle valeur accorder à un scrutin organisé à l’ombre d’une pandémie sans précédent ? Le premier tour des élections municipales a été maintenu ce dimanche 15 mars, malgré le développement exponentiel de l’épidémie de coronavirus en France ces derniers jours. Cette élection intervient après l’annonce de mesures de précautions par Emmanuel Macron jeudi, incluant la fermeture des établissements scolaires à partir de lundi, et la fermeture de tous les lieux publics « non indispensables », annoncée samedi par le Premier ministre Edouard Philippe.Le maintien des élections dans ce contexte a suscité de nombreuses critiques et craintes (lire iciici ou ) que les premiers chiffres disponibles ce dimanche sont venues confirmer : nous nous dirigeons vers une abstention record.

A 17h, le taux de participation n’était que de 38,77%, selon le ministère de l’Intérieur, contre 54% à la même heure en 2014. Un chiffre qui varie considérablement d’une commune à l’autre, d’un quartier à l’autre même. Dans ces conditions, la légitimité et la sincérité des résultats qui nous parviendront à partir de 20h est à questionner. Plusieurs voix s’élèvent déjà pour demander l’annulation du second tour, prévu dimanche prochain, qui serait synonyme de report de l’ensemble de l’élection. C’est dans ce contexte que Mediacités a décidé de couvrir les résultats électoraux de ce dimanche soir dans les quatre métropoles que nous couvrons, mais en nous gardant d’en tirer de grandes analyses sur les équilibres politiques locaux, le sens de ce scrutin étant d’ores et déjà mis en cause.


La carte des résultats à Nantes Métropole

La carte de l’abstention dans les communes de la métropole de Nantes

00h04 : Résultats définitifs : large victoire de Johanna Rolland à Nantes

Comme partout en France, à Nantes l’abstention triomphe et atteint un record historique à plus de 61%. Les votants ont placé la maire PS sortante, Johanna Rolland, largement en tête, avec 31,36% des voix. Dans un contexte très particulier, elle réalise donc un score légèrement inférieur à celui de 2014 (34,51%). En baisse également, la candidate Les républicains, Laurence Garnier, récolte 19,94% des suffrages, soit un peu plus de quatre points de moins qu’il y a six ans (24,41%). Annoncée très haut suite aux bons scores réalisés par les écologistes aux élections européennes, Julie Laernoes (EELV), n’obtient “que” 19,58%, en hausse par rapport à sa devancière écolo Pascale Chiron (14,55%). Nouveau venu dans l’offre politique national, le parti présidentiel (LREM) représenté par la députée Valérie Oppelt plafonne à 13%. Liste surprise de la campagne, “Nantes en commun.e.s” menée par Margot Medkour atteint 8,95%, ce qui ne lui permettra pas d’être présent lors d’un – très hypothétique – second tour. « Grosse baffe » pour la représentante du Rassemblement National, Eléonore Revel, qui avec 4,76% des voix échoue très loin du score réalisé par le candidat FN Christian Bouchet en 2014. Sous les 1%, on retrouve enfin les listes UPR d’Hugo Sonnier (0,92%), NPA de Riwan Chami (0,88%) et LO de Nicolas Bazille (0,61%).

C’est la fin de ce direct. Merci à vous de l’avoir suivi.  

23h35 – Laurence Garnier : « Les Nantais n’ont pas souhaité ajouter une crise politique à la crise sanitaire »

Très largement devancée par la maire PS sortante, Laurence Garnier (LR) explique au micro d’Antony Torzec, qu’entre autres facteurs, Johanna Rolland doit son bon résultat à la crise engendrée par la propagation du Coronavirus.

Interrogée ensuite sur la question des alliances, la candidate LR estime qu’il « faudra discuter avec la liste de Valérie Oppelt ». A condition qu’il y ait des « convergences réelles ».

23h15 : Suite des résultats dans la métropole de Nantes

– Deux listes au coude à coude à Sainte-Luce-sur-Loire. La liste Ensemble pour Sainte-Luce menée par Anthony Descloziers arrive en tête avec 40,84 % des voix, devant celle du maire sortant (divers droite), Jean-Guy Alix (40,47 %). Les deux hommes sont séparés de 17 voix.

– Après avoir succédé au sénateur Joël Guerriau en octobre 2017, Laurent Turquois vient de recevoir l’onction des électeurs. A Saint-Sébastien-sur-Loire, le sortant l’emporte largement au premier tour de scrutin, avec 55,11 % des voix.

– La gauche fait carton plein à Saint-Herblain. Bertrand Affilé, le maire (PS) sortant de la  troisième ville de Loire-Atlantique (46 000 habitants), n’a pas de souci à se faire pour le second tour… s’il a lieu. Malgré une participation inférieure à 32 % (contre 50,4% en 2014), il réalise un score équivalent à celui d’il y a six ans, avec 43% des voix. En outre, il peut compter sur son partenaire de l’actuelle majorité, l’écologiste (EELV), Jean-François Tallio. A eux d’eux, ils pourraient engranger 75% des votes au second tour. En 2014, ils étaient partis ensemble au 1er tour.

Cuisante défaite en revanche pour le candidat LREM Matthieu Annereau. La seconde aux élections municipales. Après une campagne compliquée où les ex candidats à l’investiture LREM ont joué les fortes têtes, l’ex candidat LR en 2014 fait moins bien qu’il y a six ans avec 26% des suffrages (contre 30% en 2014). Ce qui fait dire à Jordan Allory, ex prétendant à l’investiture LREM à St Herblain que Matthieu Annereau « doit en tirer les conclusions » pour les prochaines échéances électorales. Après avoir rué dans les brancards, les jeunes loups d’En Marche montrent les crocs.

23h03 : Une « grosse claque » pour Eléonore Revel (RN)

Interrogée par nos confrères de Ouest-France, la candidate du Rassemblement National, Eléonore Revel a du mal à avaler le score dont la crédite les estimations d’Ipsos (4,9%) : « ça serait une grosse claque, affirme-t-elle. Je suis déçue, je ne m’attendais absolument pas à ça. » Pour mémoire, en 2014, le Front National mené par Christian Bouchet avait obtenu 8,14% des voix.

22h56 : Julie Laernoës : « le temps n’est pas à avoir des discussions politiciennes »

Interrogée par Mediacités, la candidate écolo à Nantes Julie Laernoës, créditée de 19% des suffrages selon les estimations, refuse pour le moment d’entrer dans des discussions à propos d’éventuels alliance de second tour. « On ne voit pas bien comment un deuxième tour pourrait se tenir aujourd’hui en France », ajoute-t-elle.

22h41 : la droite nantaise plus que jamais dans l’opposition

Dans leur local qui fait face à la mairie, les élus LR sortants, conservent le costume d’éternels opposants qu’ils portent depuis maintenant 31 ans à Nantes. La tête de liste Laurence Garnier absente, c’est le conseiller métropolitain Marc Reneaume qui se charge de dispense son analyse du scrutin. Malgré une campagne menée sur le thème de la sécurité, la droite ne remporte que moins de 20%, un score inférieur à celui de 2014. «Il y a une énorme abstention. On n’est pas face à des résultats complètement normaux et pour l’instant on ne sait pas qui n’a pas voté, note celui qui en cas de victoire devait prendre la présidence de Nantes Métropole. Mais de toute évidence, il y a une prime au sortant. Les gens ont voté pour une forme de continuité dans un contexte incertain, égraine le directeur de campagne. Ce qui est frappant, c’est les difficultés de fond qu’il y a entre le PS-PCF et EELV. On craint qu’ils repartent ensemble mais dos à dos en quelque sorte, ce qui n’est pas bon pour les Nantais.»

22h17 : en vidéo, la première réaction de Johanna Rolland

Retrouvez la première réaction de Johanna Rolland, suite au premier tour de l’élection municipale à Nantes. La maire sortante est donnée largement en tête par les premières estimations, avec plus de 32% des suffrages. Elle répondait aux journalistes, parmi lesquels notre collaborateur Antony Torzec, depuis l’hôtel de ville de Nantes. 

22h10 : ambiance “pré apocalyptique ou post apocalyptique” pour Nantes en commun.e.s

Cela faisait des mois qu’on avait pas vu aussi peu de monde au QG de Nantes en commun·e·s, lové au-dessus d’une… banque, face au marché de Talensac. Avant que les soirées télévisées ne commencent, une dizaine de colistiers et chevilles ouvrières de la campagne entouraient une Margot Medkour, passablement gênée par la situation. « C’est très bizarre, cette ambiance post apocalyptique ou pré apocalyptique. On se dit que ce n’est pas possible de maintenir le second tour comme ça. On était confiant, mais là ça devient bizarre. On a un goût d’inachevé et on est inquiet par ce qui va se passer dans les prochains jours, pour notre système de santé. C’est notre modèle de manière globale qui est en cause. » « On fera entre 7 et 20 % » tente de détendre l’atmosphère ClémentBarailla, directeur de campagne, premiers résultats des bureaux en main. Les premières estimations les donnent finalement autour de 9%

22h05 : A Rezé, grosse claque pour Gérard Allard

A Rezé, 40 000 habitants, l’une des plus grosses villes du département, grosse claque pour le maire sortant (PS) Gérard Allard qui n’obtient que 20,18 % des voix, largement devancé par Hervé Neau (Rezé citoyenne), 33,71%. Le fruit d’une division qui a miné les dernières années du mandat et sur laquelle nous avions enquêté : 

Municipales : la zizanie semée par le maire de Rezé menace ce fief socialiste

21h52 : Un « arc à trois » pour Julie Laernoës

Sur Télénantes, Julie Laernoës (EELV) appelle à « un arc à trois » soit une alliance entre les listes Rolland, « Nantes en commun.e.s » et la sienne en cas d’un éventuel second tour. Réaction de Margot Medkour, la tête de liste « Nantes en commun.e.s » sur le plateau : « Les projets sont trop contradictoires. Il n’est pas possible de participer à la même majorité que Johanna Rolland ».

21h38 – Laurence Garnier :  « Je m’interroge sur l’opportunité de tenir le second tour dans les circonstances actuelles »

Interrogée sur le plateau de Télénantes, la candidate LR, Laurence Garnier dubitative quant à la tenue du second tour de l’élection municipale dimanche prochain.

21h20 : Johanna Rolland largement en tête selon les premières estimations

Selon les estimations de l’institut de sondage Ipsos, Johanna Rolland arriverait largement en tête à Nantes, avec avec 32,6% des voix. Au coude à coude pour la deuxième position suivent les candidates LR, Laurence Garnier, et EELV, Julie Laernoës à 19%. La marcheuse Valérie Oppelt obtiendrait 12,9% des voix. Avec 9% la tête de liste “Nantes en commun.e.s”, Margot Medkour ne pourrait se maintenir au second tour si jamais celui-ci devait avoir lieu. Menée par Eléonore Revel, le Rassemblement National ne franchirait pas la barre des 5%.

21H10 : premières remontées des bureaux de vote

Sur Twitter, les résultats des premiers bureaux commencent à tomber. Rien de définitif, mais de premières tendances.

 

20h52 : Abstention record à Nantes

Première estimation Ipsos/SopraSteria à Nantes : l’abstention. Selon l’institut de sondage, elle s’élèverait à 62.5% contre 45.5% en 2014.

20h40 : premiers résultats dans la Métropole de Nantes

Suite des résultats dans la métropole de Nantes :

– A Orvault, le candidat de gauche, Jean-Sébastien Guitton en tête mais dans un mouchoir de poche.

– A Sautron, la sortante Marie-Christine Gessant (divers-droite) réélue pour un troisième mandat.

Les Sorinières : Christelle Scuotto, maire depuis mars 2018 et la démission de Christian Couturier, réélue dès le premier tour.

20h31 : premières estimations à… Rennes

On attend encore les premières estimations à Nantes. Pour patienter, celles de l’Ipsos à Rennes, la voisine ou la maire sortante PS Nathalie Appéré (alliée au PCF) est largement en tête le candidat EELV (allié à l’UDB). Une indication pour Nantes ?


 

20 h 23 : au QG de Laurence Garnier

Pendant que tombent les résultats nationaux, on compile ceux des bureaux de vote nantais chez la candidate LR, Laurence Garnier:

20 h 11 : premiers résultats dans la Métropole

Les premiers résultats commencent à tomber dans la Métropole de Nantes : à La-Chapelle-sur-Erdre, selon Ouest-France, le maire (PS) Fabrice Roussel serait largement réélu avec 55,6% des voix.

19 h 30 : la participation en baisse toute la journée

Les taux de participation à Nantes au fil de la journée :

– L’abstention aussi chez les journalistes 

salle de presse
La salle de presse de la Mairie de Nantes. / Photo : Thibault Dumas

Une salle de presse vide ou presque, au premier étage de l’hôtel de ville de Nantes, avec à moins de dix journalistes au travail. Il n’y a pas que les isoloirs qui ont été boudés dans une préfecture de Loire-Atlantique ou l’on a relevé 37,55% de participation à 19 heures, contre 52,75% à la même heure en 2014. Pas de réception pour les scrutateurs, présidents et vice-présidents de bureau de vote, qui viennent simplement déposer les enveloppes et résultats. Pas de plateau télé en direct non plus, mais 55 journalistes et 24 médias accrédités. Un service minimum de l’information donc. Pour l’instant, du moins…

Plus d’informations à suivre…

Si vous souhaitez nous adresser des documents en passant par une plateforme sécurisée et anonymisée, rendez-vous sur pals.mediacites.fr

Point final.

1 COMMENTAIRE

  1. Malgré un taux d’abstention élevé , les résultats peuvent cependant être riches d’enseignement : sur Orvault , l’un des thèmes majeurs de cette campagne était le projet de contournement du bourg, avec deux candidats ( JS Guitton et S Arrouët) tous deux opposés au projet , et une candidate , M Maisonneuve , dauphine du maire actuel J Parpaillon, qui comme son mentor le soutenait fermement .
    Le résultat portant sur plus de 8000 votants a valeur de sondage grandeur nature et il est clair: 67.5% des voix ( 35.25% pour JS Guitton, 32.25% pour S Arrouët) se portent sur des candidats hostiles au projet , avec un même pourcentage sur les 3 bureaux du bourg ! C’est un désaveu cinglant pour les partisans du projet : jamais mise au vote en conseil municipal, la décision de réaliser ce contournement n’aurait aucune légitimité démocratique , quelle que soit l’issue du 2nd tour.

Réagir à l'article

Merci d'entrer votre commentaire !
Merci d'entrer votre nom ici