Un peu plus de 18,5 millions d’euros… Entre 2010 et 2020, c’est la somme des pénalités qu’ont dû verser les communes de Loire-Atlantique pour ne pas avoir respecté leurs obligations légales en matière de logement social. 18,5 millions d’euros, soit – pour donner un ordre d’idée – un peu plus que ce que coûte la construction de deux nouvelles écoles à Nantes, dans les quartiers des Dervallières et de l’île de Nantes. Pour la seule année 2020, le total des pénalités versées par 16 communes atteint 2,5 millions d'euros.

Votée en décembre 2000 et modifiée en 2013, la loi SRU fixe aux communes urbaines l’objectif ambitieux de disposer d’au moins 25 % de logements sociaux (20 % pour certaines d’entre elles), à l’horizon 2025. Un seuil pas si facile à atteindre. En décembre, une étude menée par la Fondation Abbé-Pierre relevait qu’en Pays de la Loire près de 60 % des communes concernées n’y sont pas encore parvenues. Dans la seule Métropole de Nantes, neuf n’atteignent même pas la barre des 15 %, comme Mediacités le détaillait à l’époque.   

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois