Le bilan carbone de la troisième ligne de métro toulousain vire au casse-tête

Pour calculer le bilan carbone de la troisième ligne de métro, Tisséo et la majorité municipale se basent notamment sur des données censées émaner du Citepa. Problème : cet organisme de référence affirme ne pas en être à l'origine... et avance des chiffres de nature à remettre en cause les résultats présentés dans l'enquête publique environnementale.

CONSEIL MUNICIPAL-8 3lm FS
Pour défendre le bilan carbone de la troisième ligne de métro, la majorité municipale a mis en avant des chiffres du Citepa… réfutés par cet organisme de référence. / Crédit photo Frédéric Scheiber

Les interrogations s’épaississent sur la méthode utilisée par Tisséo pour estimer le bilan carbone de la troisième ligne de métro. Lors du conseil municipal du 8 février, les élus de la majorité ont répondu aux critiques de l'opposition en s’appuyant notamment sur des données du Citepa. Problème : cet organisme gouvernemental de référence pour « le calcul, l’interprétation et la communication de données d’émissions fiables » réfute en être la source.

C'est pourtant bien à une étude du Citepa que François Chollet, l’élu en charge de la qualité de l’air, faisait alors référence lorsqu'il a affirmé que les émissions de gaz à effet de serre (GES) des véhicules légers s’élevaient à 230 grammes de CO2 par kilomètre parcouru à l'heure actuelle. « Le tendanciel nous amènera spontanément à 202 grammes » à horizon 2030, poursuivait-il. Même chose pour son collègue chargé de la circulation, Maxime Boyer, quand il a soutenu que les émissions seraient de 180 gramme par kilomètre en 2050.

Ces chiffres sont importants puisqu’ils permettent de mesurer le moment à partir duquel les émissions de GES liées à la construction de la 3eme ligne du métro seront compensées par les économies réalisées grâce à son utilisation. Or le Citepa ne confirme pas du tout les données qui lui sont attribuées. « Je ne pense pas que le Citepa écrive quelque part que les émissions actuelles du parc des véhicules de particuliers soient de 230 gramme . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 4 minutes

Par Gael Cérez