Grand Lille : pourquoi les politiques n’en veulent pas

Avant de voir Lille et ses voisines former une seule et même commune nouvelle, encore faudrait-il convaincre leurs habitants et leurs élus. De ce côté là, la partie est encore loin d'être gagnée.

Gérard Caudron (26/11/07)
Gérard Caudron, maire divers gauche de Villeneuve-d’Ascq, commune issue de la fusion de trois villages. (Tom/Andia.fr)

Irréaliste », « inutile », voire « anti-démocratique »… Chez la plupart des élus et responsables politiques interrogés par Mediacités, le projet Grand Lille porté par Axe Culture rencontre au mieux une indifférence polie, au pire une opposition farouche. S’ils s’accordent à reconnaître que la gouvernance de la métropole pourrait être améliorée, les relations entre la MEL et les communes simplifiées, la recherche d’une meilleure coopération s’arrête là. Chacun avançant ensuite ses arguments pour contrer l’idée d’une fusion de Lille avec sa première couronne. « Ce serait beaucoup de temps perdu, avance Gérard Caudron, maire (divers gauche) de Villeneuve-d’Ascq, elle-même née de la fusion de trois villages. Selon le vice-président de la MEL, chargé de l’Urbanisme opérationnel, « vu la complexité du processus politique et administratif, le jeu n’en vaut pas la chandelle.

“le pouvoir et l’argent ne sont pas à Lille mais à la Métropole”

Mieux vaut s’attaquer à la refonte des prérogatives de chacun à partir de la Métropole ». Même discours, peu ou prou, du côté de Marc-Philippe Daubresse. Pour le député-maire (LR) de Lambersart, lui aussi vice-président de la MEL (chargé de l’Aménagement du territoire), « le pouvoir et l’argent ne sont pas à Lille mais à la Métropole. C’est là qu’il faut améliorer les choses plutôt que de faire grossir la ville. D’ailleurs, la population ne voudrait pas d’une telle solution ».
L’argument est connu. En 1999, déjà, lors de la fusion de Lille avec Lomme, onze maires de droite opposés au projet (parmi lesquels Jean-René Lecerf, alors à la tête de Marcq-en-Barœul) avaient organisé un referendum sur un éventuel regroupement avec Lille. Sans appel (88,4% de « non » en moyenne), le résultat sonna – et pour longtemps – le glas de toute velléité “fusionniste”. En témoigne, par exemple, la levée de bouclier générale lorsque Jean-René Lecerf changea son fusil d’épaule et émit une proposition du même ordre durant la campagne municipale de 2014. Reste qu’aussi fort et légitime soit-il, cet attachement des habitants à leur ville permet aux maires de défendre leur pré carré sans trop avoir à batailler. Et de préserver au nom de l’histoire et de la proximité, des collectivités et des fauteuils d’élus pourtant privés de l’essentiel de leurs pouvoirs.

“L’union fait la force.
Oui, mais la force de qui ?”

Le pouvoir… Même si personne ne l’évoque ouvertement, c’est autour de lui que se cristallisent les oppositions. « L’union fait la force. Oui, mais la force de qui ? », s’interrogeait le philosophe Alain, en 1925. Cette question, tout le monde se la pose encore aujourd’hui dès que l’on évoque les fusions de communes. En 1999, déjà, celle de Lille et Lomme était observée au prisme du réservoir de voix que ce bastion ouvrier pouvait offrir à Martine Aubry, candidate désignée pour succéder à Pierre Mauroy deux ans plus tard. Et il faudrait être bien naïf pour ignorer le bouleversement politique qu’engendrerait l’entrée de 15 communes dans l’orbite lilloise. D’autant que dix d’entre elles (les plus peuplées, si l’on excepte Villeneuve-d’Ascq) sont actuellement dirigées par un maire classé à… droite. Voilà qui chamboulerait sacrément le paysage. A moins, bien sûr que les électeurs ne contredisent une fois encore les plus savants calculs. Après tout, lors de l’élection municipale 2001, Martine Aubry avait finalement réalisé un score plus faible à Lomme que sur l’ensemble de la ville de Lille…

Aucun commentaire pour l'instant

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 2 minutes

Par Benjamin Peyrel