Les protagonistes de l’affaire du Grand stade respirent. Tous… sauf Damien Castelain. Car si le procureur de la République a bien requis un non lieu quasi général, malgré des délits avérés mais prescrits, il souhaite poursuivre les investigations sur un angle mort qui ne concerne que le président de la Métropole de Lille : l’affaire dite des « pierres bleues ».

Elle surgit à partir d’une déposition spontanée de David Roquet au juge Gentil, le 17 mars 2017. L’ancien patron de Matériaux Enrobés du Nord, une filiale d’Eiffage, a raconté au magistrat être intervenu à la demande de Jean-Luc Vergin, directeur d’Eiffage Travaux Public Nord, pour que 300 mètres carrés de pavés soient discrètement livrés au domicile de Damien Castelain, à Péronne-en-Mélantois. Le juge a donc tiré les fils et ses conclusions, reprises dans les réquisitions finales du procureur de Lille, Thierry Pocquet du Haut-Jussé, sont redoutables pour le président de la Métropole européenne de Lille (MEL). A tel point que le procureur le soupçonne sérieusement de « délit de recel » et réclame la prolongation de l’instruction.
Des factures où le nom d'Eiffage a été retiré

Interrogé sur ces « pierres bleues », qui ont servi à la pose de . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois