Plus de 120 étudiants confinés dans un taudis du Crous de Lyon

Entre cafards et moisissures, 126 étudiants sont confinés dans leurs chambres de 9 mètres carrés de la résidence Jean-Mermoz, dans le 8e arrondissement de Lyon. Le Crous déclare reloger ceux qui le réclament… sans informer les locataires de cette possibilité.

IMG_4539
La résidence Crous Jean-Mermoz, dans le 8e arrondissement de Lyon, doit être démolie l’été prochain. Photo : N.Barriquand/Mediacités.

Des cafards pour compagnons de confinement. C’était, jusqu’à peu, le lot quotidien de Lina, étudiante à l’université Lyon-2, locataire d’une chambre de 9 mètres carrés à la résidence Crous Jean-Mermoz, dans le 8e arrondissement de Lyon. « Ils sont partout ! Sur les murs, dans les douches, les cuisines », raconte-t-elle. Lina n’a pas supporté l’épreuve du huis clos avec les insectes plus de deux semaines : après une panne Internet prolongée, l’étudiante s’est réfugiée dans sa famille en région parisienne. « Le billet [de train] était cher mais je devais partir, ce n’était plus possible, lâche-t-elle. On était une quinzaine par étage à se partager les douches, les toilettes et la cuisine. Vous imaginez l’angoisse d’attraper le virus ? »

D’après les chiffres communiqués par le Crous de Lyon, 126 des 399 chambres de cette résidence sont actuellement occupées. Il faut dire que les deux bâtiments quinquagénaires de Jean-Mermoz sont ce qui se fait de pire en matière de logement étudiant. Pour preuve, ce rapport réalisé par Consommation logement cadre de vie (CLCV ; une association qui accompagne les étudiants dans leurs démarches juridiques auprès du Crous), sur la base des témoignages de 105 résidents. Consulté par Mediacités, le document recense treize types de « désordres et anomalies ». Pêle-mêle : problèmes de nuisibles (cafards, punaises de . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 6 minutes

Par Matteo Tiberghien