Ce sont les premiers de corvée… En première ligne au CHU de Toulouse dans la lutte contre le coronavirus, ils sont transporteurs de sang, logisticiens ou encore techniciens chargés de la maintenance des dispositifs médicaux (respirateurs, pousse‐seringues, moniteurs, etc.) et non‐médicaux (climatiseurs, écrans, etc.). Depuis le début de l’épidémie, au même titre que les personnels soignants, ces quelque 400 agents interviennent régulièrement dans les services dans lesquels sont pris en charge les patients infectés par le Covid‐19. Jusqu’au 14 avril, ils étaient équipés de masques chirurgicaux. Mais depuis cette date, sans crier gare, la direction du CHU de Toulouse a décidé de remplacer leurs équipements de protection individuelle par des masques en tissu. Le CHU en a commandé 50 000, soit un investissement de 42 500 euros hors taxe.
Irritations et saignements

Ces masques ont été confectionnés par Les Tissages de Charlieu, une PME implantée dans La Loire. Spécialisée dans le textile pour l’habillement et l’ameublement (chèches, écharpes, tissus pour sacs, fauteuils, rideaux, etc.), elle a « décidé de mobiliser [son] outil de production pour fabriquer des masques et servir le plus grand nombre de personnes dans cette situation de crise », indique‐t‐elle sur son site internet. Cependant ces protections « ne se substituent pas aux masques normalisés à usage sanitaire, précise‐t‐elle. Ils sont une alternative à la pénurie de masque ou au masque confectionné par soi‐même ». L’entreprise reconnaît d’elle-même quelques petits défauts, comme « l’effilochage aux bords du …

🤚STOP Cet article est réservé à nos abonnés.
 Cependant…
😀 Nous vous offrons un accès de 24h pour découvrir nos articles les plus récents
Nous vous enverrons nos dernières enquêtes et des offres d’abonnement.
Ou bien apprenez‐en plus sur Mediacités…
Si vous êtes déjà abonné, connectez‐vous.

Mediacités c’est :

  • Un site 100% indépendant (seuls nos lecteurs nous font vivre)
  • Chaque semaine de nouvelles enquêtes (et plus de 1 300 déjà publiées)
  • Des newsletters sur les municipales (Lille, Lyon, Nantes, Toulouse)
  • La participation aux enquêtes (idées de sujets, documents confidentiels, événements)
  • Le moyen de faire vivre une information libre et sans publicité
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !