Se nourrir, se soigner, embellir nos villes… Votez pour notre prochaine enquête collaborative

Mediacités lance une nouvelle enquête collaborative #DansMaVille. Fracture sanitaire, alimentation locale ou esthétique des villes : pour la première fois, les abonné·e·s votent pour le sujet que nous allons explorer à Lille, Lyon, Nantes et Toulouse.

0

Guider nos journalistes vers les sujets qui vous intéressent, vous inquiètent ou vous donnent des raisons d’espérer. Voilà ce que nous vous proposons en prenant part au vote pour notre prochaine enquête collaborative #DansMaVille. Après s’être penché, en 2020, sur la gentrification des quartiers populaires, puis sur les solutions locales nées de la crise du Covid-19, Mediacités vous soumet trois nouveaux sujets dont l’un fera l’objet d’une enquête approfondie — et participative — au printemps.

Les thématiques que nous avons retenues résonnent avec le moment particulier que nous traversons. Fragilisées par une crise sanitaire sans précédent, les métropoles françaises sont tantôt critiquées pour leur gigantisme ou leur étalement, tantôt présentées comme une échappatoire pour les Parisien·ne·s en mal d’espace. Retour à la consommation locale, course à la croissance et à l’attractivité, inégalités d’une rue à l’autre… Nos villes concentrent tout à la fois symptômes et remèdes de la crise née du Covid-19.

Jusqu’au vendredi 19 février, vous pouvez voter, en tant qu’abonné·e, pour que nous enquêtions en profondeur sur l’un des sujets suivants :

  • « Nourrir la ville, comment relever les défis d’une alimentation saine et locale pour toutes et tous » ;
  • « Se soigner dans nos villes, comment résorber la fracture sanitaire entre nos quartiers » ;
  • « Plus belle ma ville, comment rendre nos métropoles plus agréables à vivre… et moins laides ».

« Nourrir la ville »

Les rideaux des restaurants baissés. Des cantines d’entreprises vides. Et des popotes qui chauffent dans nos logements, comme jamais auparavant. La pandémie de Covid-19 a eu des répercussions sur la manière dont nous nous alimentons. Preuve en est la baisse des volumes de produits alimentaires vendus en hypermarchés lors du premier confinement, au bénéfice des commerces de détail et des marchés de plein vent.

Comment améliorer l’autonomie alimentaire de nos villes ? Comment concilier notre appétit pour la livraison de repas et le bien-être des livreurs ? Que peut faire la restauration collective pour servir davantage de produits locaux ? Comment proposer une offre alimentaire saine dans tous les quartiers, et pas seulement dans les plus aisés ? Ces questions, aux côtés de toutes celles que vous nous aurez posées, nous y répondrons si vous choisissez ce premier thème pour notre enquête #DansMaVille.

« Se soigner dans nos villes »

Lorsqu’on évoque les déserts médicaux en France, la première image qui vient est celle de villages ruraux abandonnés par leurs médecins généralistes. Pourtant, de nombreux quartiers ou villes situés à la périphérie des grands centres urbains sont délaissés par la médecine, générale ou spécialisée. Un exemple ? On compte 6,8 gynécologues pour 100 000 habitant·e·s à Paris, contre seulement 0,2 dans le département voisin de Seine-Saint-Denis.

Alors que faire pour lutter contre la fracture sanitaire ? Comment éviter le non-recours aux soins chez les populations les plus fragiles ? Et comment mieux répartir les spécialités de médecine à l’échelle de nos métropoles, y compris les moins « rentables » ? Votez pour que ce thème fasse l’objet de notre enquête #DansMaVille et nous répondrons, avec vous, à ces questions.

« Plus belle ma ville »

D’un côté, la végétalisation rampante des trottoirs, des mobilités « douces » en plein essor et des programmes de rénovation urbaine qui laissent plus de place aux piétons qu’aux voitures. De l’autre, des logements insalubres, des dépôts sauvages d’encombrants et des villes encore largement bétonisées.

Comment rendre nos métropoles moins laides ? Alors que les budgets des communes sont grevés par la crise, peut-on repenser les abords des grandes agglomérations et démolir les verrues visuelles ? Les mairies ont-elles les moyens de lutter contre la pollution visuelle issue de la publicité ? Si vous pensez que l’exode urbain n’est pas la seule voie de sortie, choisissez ce thème pour notre prochaine enquête #DansMaVille et dessinons les chemins vers une ville plus belle.

Une enquête collaborative sur plusieurs semaines

Les votes sont ouverts jusqu’au vendredi 19 février. Nous vous communiquerons alors le sujet retenu et nous en appellerons à vos contributions. Vous pourrez nous partager vos préoccupations, vos intuitions ou des exemples locaux en lien avec notre thématique. Vous pourrez également proposer votre expertise sur le sujet, afin d’être recontacté·e par un·e journaliste de Mediacités.

Et pourquoi traiter seulement un de ces trois sujets cruciaux pour l’avenir de nos villes, nous direz-vous ? Nos moyens limités ne nous permettent pas encore de consacrer plus de forces éditoriales à #DansMaVille. On ne se lassera pas de le rappeler : nous avons besoin de plus d’abonné·e·s pour soutenir notre indépendance et nous permettre de rémunérer dignement les journalistes qui travaillent pour Mediacités.

Rendez-vous au mois d’avril pour découvrir le fruit de cette nouvelle enquête à vos côtés !

Si vous souhaitez nous adresser des documents en passant par une plateforme sécurisée et anonymisée, rendez-vous sur pals.mediacites.fr

Point final.

Réagir à l'article

Merci d'entrer votre commentaire !
Merci d'entrer votre nom ici