Il y a des jours où on aimerait être une petite souris… Selon nos informations, un conseil d’administration de l’opéra de Lyon se tient ce vendredi 19 mai après-midi, dix jours après nos révélations sur les dépenses du directeur Serge Dorny. Pour rappel, l’institution lyrique, un des emblèmes de la ville et de son rayonnement, est gérée par une association. Une quasi-exception puisque l’opéra de Lyon est avec Montpellier l'un des deux seuls opéras français (sur treize) à disposer d’un tel statut. A son conseil d’administration siègent des représentants de la ville, de la Métropole et de la région, collectivités qui financent l’établissement dans le cadre d’une convention, ainsi que le préfet Henri-Michel Comet et quatre membres qualifiés. Le tout est présidé par Rémy Weber, président du directoire de la Banque postale, ancien PDG du CIC-Lyonnaise de banque, mécène de longue date. C’est cette instance qui recrute et est censée contrôler le directeur de l’opéra.

Le personnel de l'opéra indigné

Nul doute que Serge Dorny est au centre des discussions. La publication de notre article sur ses notes de frais a déclenché une série de remous et de réactions à l’intérieur de l’institution. Hier, 18 mai, les personnels de l’opéra ont adressé un communiqué à leur directeur et aux membres . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire la suite de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
Abonnez vous à partir de 1€/mois.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.