Pendant deux ans – de 2016 à 2018 –, elle fut le visage et la voix des 3000 avocats de Lyon. A la tête du deuxième barreau de France, Laurence Junod-Fanget, 58 ans, s’est fait connaître pour la défense des résolutions de conflits à l’amiable et, plus récemment, par un discours musclé sur les droits des mineurs isolés. En janvier dernier, cette spécialiste du droit du travail et de la famille a cédé le prestigieux poste de bâtonnier à Farid Hamel. Aujourd’hui élue au Conseil national des barreaux, l’avocate s’engage sur le front de l’égalité entre femmes et hommes au sein de la justice. Dans une ville où aucune magistrate n’a jamais été nommée présidente ni de la Cour d’appel ni du Tribunal de grande instance, l’ancienne bâtonnière de Lyon s’insurge contre le sexisme auquel elle a été confrontée dans ses fonctions. Sans langue de bois.

« A Lyon, je suis la seconde femme à avoir été élue à la tête du Conseil de l’ordre. La première – Myriam Picot [aujourd’hui maire du 7e arrondissement] – avait choisi de se faire appeler “bâtonnier”. Moi, j’ai décidé d’en féminiser le nom. J’ai alors tout entendu ! “Bâtonnière, ça fait bétonnière…” ; “bâtonnière, ça fait charcutière…”. J’ai été sidérée de découvrir le machisme ambiant en prenant ce poste de représentante des avocats. Je ne . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire les 70% restants de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
Abonnez vous à partir de 1€/mois.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.