Les potagers urbains nantais, premier pas timide vers la “résilience” alimentaire

À l'issue du premier confinement, Nantes a transformé ses parcs et jardins pour cultiver des fruits et légumes destinés aux bénéficiaires de l'aide alimentaire. Si l'expérimentation a réussi, le chemin reste long pour adapter le système alimentaire local au changement climatique et à d'autres possibles chocs.

PaysagenouriciersUne
Parcelle cultivée devant le musée d’histoire naturelle de Nantes, en 2020. / © Ville de Nantes – Jean-Félix Fayolle

On a souvent besoin d'un plus petit que soi. Dompierre-sur-Yon, commune vendéenne de 4 200 habitants, n'imaginait sans doute pas inspirer la métropole nantaise. C'est pourtant ce qu’il s'est passé mi-mai. Pendant le confinement, la commune vendéenne a transformé l'un de ses terrains en « jardin communal solidaire » pour produire des légumes destinés aux personnes bénéficiaires de l'aide alimentaire et aux personnes âgées isolées. Une idée qui a fini par germer aussi du côté de Nantes. Le confinement venait de révéler les failles de la distribution de l'aide alimentaire dans la métropole, en même temps que le nombre de bénéficiaires se multipliait. Comment faire face ? Le directeur du service des espaces verts de la mairie souffle l'idée vendéenne à la maire, Johanna Rolland. L'emballement est immédiat et débouche, quelques jours plus tard, sur l'initiative des Paysages nourriciers. Le but ? Planter des fruits et légumes afin de distribuer des produits bio et locaux d'ici l'automne aux bénéficiaires de l'aide alimentaire.

Une cinquantaine de parcelles émergent alors dans les jardins publics

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers. En cas d'échec, écrivez à contact@mediacites.fr

  • Accédez aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrez un média 100% indépendant et sans aucune publicité

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. En vous abonnant aujourd’hui, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 6 minutes

Par Mathilde Doiezie