Le Palais de justice de Lille, pressenti pour accueillir le projet de Musée métropolitain de la candidate LREM à la mairie, Violette Spillebout. Photo : Creative Commons / Velvet

Le Metropolitan Lille Museum de Violette Spillebout peut-il voir le jour et à quel prix ?

La candidate LREM veut transformer le Palais de Justice du Vieux-Lille en un hôtel-musée ouvert au grand public. Un projet alléchant mais coûteux et qui ne pourrait pas voir le jour au cours du prochain mandat.

Quand Violette Spillebout vient titiller son ancienne patronne Martine Aubry sur le terrain de la culture, elle voit les choses en grand. Au chapitre « Faire rayonner Lille » de son programme, la candidate LREM à la mairie de Lille promet la création d’un « Metropolitan Lille Museum » dans l’actuel Palais de Justice à Lille. Le MLM de Lille après le LAM de Villeneuve d’Ascq, le MUCEM de Marseille, voire le MET de New-York ! En plein Vieux-Lille, le bâtiment de 50 mètres de haut, érigé en 1965 regrouperait « un hôtel de tourisme, un musée de l’histoire et de l’avenir de Lille, des espaces réservés au design, à l’architecture et à la valorisation des artistes locaux ». Le tout financé grâce à un partenariat public-privé.

Sur le papier, ça donne envie : pouvoir enfin profiter de la vue incroyable qu’offre le bâtiment sur les toits du Vieux-Lille, avoir accès à la crypte Saint-Pierre datant du XIème siècle située dans les sous-sols du bâtiment, déambuler dans les anciennes salles d’audience en admirant œuvres d’art et richesses patrimoniales. « Ce sera l’antithèse de Lille 3000 », prophétise Thomas Werquin, le Monsieur urbanisme de Violette Spillebout, « un endroit où se développera la création artistique locale et où seront rassemblés les trésors racontant l’histoire de Lille, actuellement éparpillés un peu partout dans les musées, voire oubliés dans les archives et les réserves ».

Pas avant 2025

Ça donne envie… mais ce ne sera pas pour tout de suite. Pour réaménager les 33 000 mètres carrés du tribunal, il va d’abord falloir le dégarnir de ses robes noires. Et avoir inauguré le nouveau Palais de Justice, dont la construction est prévue à quelques centaines de mètres, en bordure du Vieux-Lille. Selon l’APIJ (Agence Publique pour l’immobilier de la Justice), ce tribunal flambant neuf ouvrira en 2023. A condition d’être très très optimiste ! Outre les classiques retards de chantier, il faudra peut-être compter sur d’éventuels recours, le site retenu étant un espace vert à proximité des fortifications Vauban. Une inauguration fin 2024, voire début 2025 est beaucoup plus probable.

Si Violette Spillebout est élue maire de Lille, il s’agira ensuite pour elle d’acquérir le bâtiment. Auprès de son propriétaire actuel, le Département, qui souhaite se débarrasser de ce monstre de béton. Ici, le temps joue plutôt pour Violette Spillebout : au moment du rachat, l’actuel président Jean-René Lecerf, peu disposé envers la candidate LREM, aura passé la main (il ne candidate pas à sa réélection aux départementales de mars 2021).

Une facture très éloignée des 10 millions d'euros envisagés

« Si le département fait un prix d’ami, on est à la louche autour de 30 et 35 millions d’euros » estime aujourd’hui un responsable financier de la collectivité. Après l’acquisition pourront commencer les expertises techniques, prélude au chantier de réhabilitation. Plutôt lourd ! Dans une note interne datant de 2010, les ingénieurs ès bâtiment du Département dressent, après analyse, la liste des travaux incontournables : « reprise de niveaux pour la sécurité incendie, élargissement des portes et des sanitaires pour l’accès aux personnes à mobilité réduite, désamiantage (moins calamiteux que prévu), isolation thermique à revoir de fond en comble, reprise du béton de la façade… » La mise aux normes élémentaires est évaluée à 25 millions d’euros. Dans le cas d’une ouverture au public, la facture oscille entre 50 et 100 millions d’euros.

La vente et la réhabilitation du bâtiment coûteraient donc entre 80 et 135 millions d’euros. Loin, très loin, des 10 millions ce que Violette Spillebout a prévu de dépenser pour le projet ! Il faudra donc mettre la MEL, l’Etat, la Région autour de la table… Rudes tractations en perspective. « Si le projet voit le jour, ce n’est pas avant 8 ou 10 ans » conclut un expert. Au mieux, c’est donc le maire élu en 2026 qui coupera le ruban du futur « Métropolitan Musuem ». « On ne pourra peut-être pas l’inaugurer durant le mandat », concède Thomas Werquin, « mais on pourra le préparer, en lançant les études architecturales et en travaillant bien en amont sur la programmation comme l’avait fait le musée de La Piscine à Roubaix». Sans oublier de réfléchir aux dépenses de fonctionnement du bâtiment. Histoire d’éviter que le monstre de béton ne devienne un éléphant blanc.

Alexandre Lenoir

Posez-nous vos questions


Les dernières réponses de Veracités