La mairie tarde à sécuriser les abords des écoles à Toulouse

ecole pierre marie curie nov 2020 BQ
Odeurs de pot d’échappement, voitures en double-file, trottoirs obstrués, piétons et cyclistes sur la chaussée, à 8h20, l’entrée de l’école Pierre et Marie Curie, à Toulouse, est un peu chaotique. / © Gael Cérez – Mediacités

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 4 minutes

Par Maylis Jean-Préau

[Véracités] Pendant la campagne, Jean-Luc Moudenc a promis d'aménager les abords des écoles pour sécuriser les écoliers. Depuis lors, le Capitole prend du retard par comparaison aux actions menées par d'autres villes comme Paris ou Lyon.

Question de Claire à Mediacités : La promesse de Jean-Luc Moudenc de piétonisation des abords des écoles aux horaires d'entrée et de sortie des enfants a-t-elle été mise en œuvre ou va-t-elle l'être ?

Notre lectrice fait ici référence à une annonce de Jean-Luc Moudenc, formulée en mai dernier lors du déconfinement, dans le contexte de la campagne pour le second tour des élections municipales. Le maire LR de Toulouse avait alors affirmé vouloir pérenniser « l'urbanisme tactique » lancé pendant le confinement et avait promis « soit de neutraliser du stationnement aux abords des entrées des écoles (pour élargir l’espace d’attente, NDLR), soit de fermer la voie, lorsque c’est une voie de desserte locale et que les trottoirs ne sont pas suffisants ponctuellement aux horaires d’entrée et de sortie de l’école ». Dans son programme, l'édile promettait également de « mettre en place des zones à 20 km dans les rues étroites et près des écoles ».

Sécuriser les abords des écoles ? Le sujet n'est pas nouveau, de nombreux parents d'élèves l'ont déjà réclamé par le passé, par exemple en avril 2019 à l'école Château d'Ancely comme relaté par La Dépêche. Un principe que défend également l'association 2 pieds 2 roues, dont notre lectrice Claire fait d'ailleurs partie.

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment