Gérard Collomb décrit le projet de périphérique ouest de Lyon devant le syndicat patronal CPME, mercredi 12 février. Photo : MR

Le syndicat des PME acclame Gérard Collomb « le grand ami des patrons » mais se méfie des écologistes

En même temps que le match OL / OM, un deuxième Olympico, plus politique, s’est joué mercredi 12 février à Lyon, à l’invitation de la Confédération des PME du Rhône. Après les grands oraux de David Kimelfeld et de Renaud Payre (Gauche Unie), puis de Thibaut Monnier (RN) et de François-Noël Buffet (LR), venus défendre leurs programmes face aux patrons de PME lyonnaises, la soirée était réservée aux têtes de gondole. En première mi-temps, le candidat EELV Bruno Bernard, devenu en quelques mois un sérieux outsider aux élections métropolitaines, a passé son temps en défense. Pour la seconde, Gérard Collomb, que les sondages placent toujours en position de favori, a joué face à ses supporters, s’accordant même des prolongations.

Face à un parterre de patrons, le candidat écolo a tenté de rassurer l’auditoire sur l’idée que l’écologie et l’économie ne sont pas incompatibles. Bruno Bernard a d’abord été présenté par François Turcas - président de la confédération des PME du Rhône depuis 1992 - comme « un vrai chef d’entreprise », un « vert compatible » qui « fait partie de notre famille », avant d’être questionné sur la « décroissance ». Le ton est donné. Contrairement à Gérard Collomb, qui s’autorisera 40 minutes de monologue, le candidat EELV joue dans les règles : 15 minutes de présentation avant de laisser place à l’échange.
« Ne pas être plus gros juste pour être plus gros »
L’audience est taquine. Emmanuel Imberton, ancien président de la Chambre du commerce et de l’industrie de Lyon, s’élance. « Eric Piolle est aussi un homme d’entreprise, qui travaillait chez Hewlett-Packard. La gestion de Grenoble est-elle pour vous un . . .

Plus que jamais, votre ville a besoin d'un média indépendant.

Abonnez-vous dès 5€ par mois

ou lisez nos derniers articles librement pendant 24h


Précédemment dans l'Oeil

Les masques de Laurent Wauquiez et l’argent de l’Europe

La région Auvergne-Rhône-Alpes a reconnu avoir financé en partie son opération « un masque par habitant » grâce à l’aide de l’Union européenne ou de l’État. Un comble, attaque l’opposition, alors que le président de la collectivité a allègrement communiqué sur la distribution des protections en tissu à son profit.

Grégory Doucet inaugure son mandat à coups de symboles

Officiellement maire depuis samedi, l’écologiste Grégory Doucet a dévoilé les attributions de ses adjoints. Les intitulés valent parfois de longs discours.