L’hémorragie d’adjoints se poursuit à la mairie de Treillières

Et une démission de plus, une ! Mardi 2 mars, l’adjointe chargée de l’administration générale et des ressources humaines à la mairie de Treillières, Florence Cabresin, a présenté sa démission. C’est elle qui, en novembre dernier, avait pris la succession de Catherine Cadou, l’ancienne première adjointe, après les démissions de cette dernière et de quatre autres adjoints suite à nos révélations sur les pratiques du maire, Alain Royer (lire notre série d’articles ci-dessous).

Ce nouveau départ n’aurait cette fois rien à voir avec la politique municipale, assure Florence Cabresin dans un communiqué. Comme elle le confirme à Mediacités, il serait lié à la prise de nouvelles fonctions professionnelles, en avril prochain. « Je n’aurais plus la disponibilité nécessaire pour le mandat », explique l’élue. Quoi qu’il en soit, sa démission - qui devrait être entérinée lundi par le sous-préfet de Châteaubriant-Ancenis - tombe mal pour Alain Royer : dans quelques semaines doit se tenir dans la commune le débat d’orientation budgétaire. Un dossier que suivait justement Florence Cabresin.


->>> Lire ou relire nos précédentes enquêtes sur Treillières :

 

Benjamin Peyrel
Co-fondateur de Mediacités et rédacteur en chef de son édition nantaise. Avant de me lancer dans cette aventure, j'ai débuté au quotidien La Croix et suis passé par différentes rédactions avant de rejoindre L’Express et d'écumer préfectures et sous-préfectures pendant dix ans. Je m’intéresse notamment aujourd’hui aux montagnes de données que les collectivités comme les citoyens produisent quotidiennement et aux moyens de les utiliser pour faire avancer le débat public.

Précédemment dans l'Oeil

Soupçons de conflit d’intérêts à la mairie de la Limouzinière, près de Nantes

Anticor44 a fait parvenir un signalement au procureur de la République de Nantes. Dans le collimateur de l'association anticorruption : les conditions de la modification du PLU de la commune, qui a bénéficié à certains élus et à leurs proches.

Vinofutur : un nouveau média pour disséquer l’avenir du vignoble

Gel, intempéries, maladies... Alors que le vignoble français traverse une année particulièrement difficile, un nouveau journal nantais lève le nez du verre et s'intéresse à la manière dont les viticulteurs s'adaptent au changement climatique. Comment cultiveront-ils dans 50 ans ? Et que boirons-nous ? Vinofutur se penche sur l'avenir de la vigne et du vin.