Médecine du travail / Image d'illustration - Creative Commons

La justice épingle le « faux » contrat de l’ancien directeur de la médecine du travail nantaise

Près de 300 employés, dont 80 médecins, qui assurent le suivi de la santé au travail de 250 000 salariés pour près de 22 000 entreprises… Mercredi 7 avril, le Service de santé au travail de la région nantaise (SSTRN) avait droit aux honneurs gouvernementaux. Dans le cadre d’un déplacement sur « les modalités de suivi de l’état de santé des apprentis », l’association fondée en 1942 et financée par les cotisations des entreprises locales a eu droit à la visite de Laurent Pietraszewski.

Si le secrétaire d’État chargé des Retraites et de la Santé au Travail découvrait pour l’occasion cette organisation, le nom du SSTRN n’est pas inconnu des lecteurs de Mediacités. En 2018 et 2019, nous avions consacré deux enquêtes au mal être et à l’ambiance de travail « insoutenable » qui régnait en son sein, causée notamment par un « mode de management perçu comme abrupt voire maltraitant ». Un comble pour un établissement en charge, entre autres, de la prévention de la maltraitance au travail dans l’agglomération nantaise !
« Faux » contrat pour parachute doré
Si, d’après nos sources internes, la situation s’est apaisée au sein de la médecine du travail nantaise, l’un des acteurs de ce dossier s’est invité jeudi 1er avril à la barre du tribunal correctionnel de Nantes. L’ancien directeur du SSTRN, Karim Badi y comparaissait en compagnie de l’ancien pr . . .

Lisez cet article et découvrez les bienfaits d’un média indépendant dans votre ville.

1€ le premier mois

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement

Précédemment dans l'Oeil

Régionales en Pays de la Loire : du renouvellement chez les socialistes de Loire-Atlantique

Tandis que les négociations se poursuivent en vue d'une éventuelle union entre les écolos de Mathieu Orphelin et les socialistes de Guillaume Garot, le candidat PS prépare tout de même sa liste. En Loire-Atlantique, cette dernière pourrait être synonyme de départ pour une figure de l'opposition au conseil régional.

Symboles du « tout pour Nantes », les futures lignes de tram font râler dans la métropole

La concertation organisée fin 2020 sur la création de trois nouvelles lignes de tramway avait déjà posé le problème : pour beaucoup, le réseau de tram' de la métropole nantaise fait la part trop belle à la ville centre au détriment des autres communes. Plusieurs élus ont relancé le débat lors du dernier conseil métropolitain.