« L’histoire n’attend que vous »… « meilleur parc d’attractions au monde  » : difficile de passer à côté des campagnes de communication du Puy du Fou. Et de fait, chaque année, plus de deux millions de visiteurs se pressent dans la petite commune des Epesses, en Vendée, dans une ambiance bon enfant. De fait, le divertissement est garanti. Majoritairement familial, le public en ressort avec la sensation d’avoir partagé une expérience amusante et forte en émotions, faite de spectacles historiques, de déambulations dans un « village d’époque », mais aussi de joyeux banquets et de nuits hors du temps.             

Et pourtant, le Puy du Fou cache une réalité moins avouable : les nationalismes européens y puisent une partie de leur arsenal culturel.

En 1977, un petit spectacle « son et lumière »

À sa naissance en 1977, le Puy du Fou n’est encore qu’un petit spectacle « son et lumière » retraçant l’histoire de la Vendée depuis le Moyen Âge jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, dans l’aile d’un château en ruine. Ses acteurs ? De modestes habitants bénévoles du coin, les « Puyfolais ». Pourtant, déjà, cette « Cinéscénie » et l’écomusée qui l’accompagne, servent un projet précis : celui de leur concepteur, un certain Philippe de Villiers.

À 28 ans, ce catholique issu d’une grande famille de la noblesse française brigue une carrière politique. Il propose dans ce spectacle une conception particulière de l’histoire de France. Celle-ci est tirée d’une mémoire collective locale elle-même forgée dans les traumatismes des guerres de Vendée (1793-1795). Puissant, entretenu, ce souvenir a transformé ce territoire en véritable « région-mémoire », selon l’expression de l’historien Jean‑Clément Martin.

Le pitch est simple : les Vendéens sont un peuple que les partisans de la « Terreur » ont tenté d’exterminer entre 1793 et 1794. Heureusement, sous la Révolution comme à chaque fois, ce peuple martyr a toujours su résister aux agressions et invasions étrangères, préservant son génie particulier ainsi que son identité éternelle.

Les dangers d’une mise en scène de l’histoire

Dans les années 1980, un groupe d’historiens menés notamment par Claude Langlois, et Jean‑Clément Martin, dénonce aussitôt le danger d’une telle représentation de l’histoire qui, chaque année, attire des spectateurs de plus en plus nombreux.

Dire que la République française est née d’une volonté d’extermination voire d’un « génocide », comme certains commencent alors à l’affirmer autour de l’historien et polémiste Reynald Sécher, lui-même lié au « réseau puyfolais » est tout sauf anodin : cela revient à prouver qu’elle est par nature mauvaise et totalitaire.

Ces historiens des années 1980 bâtissent alors un argumentaire qui reste encore valable aujourd’hui. Le voici. Les « Vendéens » ne sont pas un « peuple », mais des individus aux origines diverses, habitant en 1793 une région bien plus vaste que l’actuel département.

Pdf 1
Les « Vendéens » figés dans le temps dans la scénographie du parc. / Pierre Andre Leclercq/Wikimedia, CC BY

Traversés comme les autres Français par les conflits des siècles précédents, les « Vendéens » sont tout aussi divisés par la Révolution : surtout dans les villes, beaucoup d’entre eux sont de fervents républicains. Si les troupes républicaines ont bien commis des massacres de masse et des crimes de guerre en Vendée dans la lignée de la répression des populations qui, sous l’Ancien Régime, se soulevaient collectivement, elles n’ont pas perpétré de « génocide ».

Ici utilisé de manière délibérément « excessive », ce terme qualifie, depuis la définition qu’en a donnée l’ONU en 1948, un acte « commis dans l’intention de détruire, ou tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux ». Or les victimes des guerres de Vendée ont été avant tout visées pour leurs opinions politiques. Cela n’enlève rien à l’atrocité de ce qui s’est passé. Mais interdit de faire de la République de 1793-1794 le premier régime totalitaire de l’histoire.

Pourtant, la minimisation postérieure de ces massacres, trop gênants pour le roman national, fut bien réelle. Or cet effacement fut non seulement violent vis-à-vis des victimes et de leurs descendants, mais il se retourna contre le régime qu’il était censé protéger : pendant tout le XIXe siècle, le tabou des guerres de Vendée nourrit un processus identitaire transformant l’histoire vendéenne en arme de guerre contre la République. Le Puy-du-Fou en est le produit le plus réussi.

Une contre-mémoire vendéenne

Comme le montrent les historiens Jean‑Clément Martin et Charles Suaud, cette contre-mémoire vendéenne a ainsi servi de pansement à des populations dont les souffrances n’ont pas été reconnues et qui, soudées par ces légendes, forment encore aujourd’hui une véritable communauté de croyance. En participant eux-mêmes à la Cinéscénie, les bénévoles ont le sentiment d’enfin faire reconnaître la souffrance de leurs aïeux. Leader de cette résilience collective, Philippe de Villiers est élu député puis président du conseil général de Vendée en 1987 et 1988, juste avant la grande bataille du Bicentenaire de la Révolution française (1989).

Le succès populaire du désormais nommé « Grand Parc du Puy du Fou » a alors déjà transformé le spectacle local en phénomène national. L’association de départ est intégrée à une société par actions simplifiées la « Société Puy du Fou innovation » puis le «Grand parc du Puy du Fou» dont l’association est l’unique actionnaire.

À l’automne 1989, les quelques milliers de spectateurs du début ont laissé place à 80 000 visiteurs annuels. Cinq ans plus tard, alors que la « montée du Front national » obsède la vie politique, l’historien Michel Vovelle s’inquiète des dangers d’une telle audience, d’autant que le spectacle initial s’est enrichi d’un « Grand Parcours » accusant encore la vision identitaire de l’histoire.

PdF2
Le Puy du Fou attire près de deux millions de visiteurs chaque année. / Pixabay

Bien plus qu’un parc de loisir

Ces craintes étaient fondées. Aujourd’hui, le Puy du Fou est bien plus qu’un parc de loisir. C’est une organisation efficace, dotée d’une stratégie de développement complexe. En 2015, le Parc a lancé la « Puy du Fou Académie », aujourd’hui composée d’une école primaire et d’un collège catholique hors contrat, non mixtes à partir du collège, recourant à l’uniforme et à la levée de drapeau.

De son côté, l’« Académie Junior » forme plusieurs centaines de jeunes aux arts et techniques du spectacle, dont les parents sont membres de l’Association Puy du Fou. Cette dernière entretien par ailleurs des liens de longue date avec l’Institut catholique de Vendée(ICES), reconnu par l’Eglise catholique, dont Philippe de Villiers a été «la cheville ouvrière». Autre institution amie : le Centre vendéen de recherches historiques. Se présentant comme « un groupement d’intérêt public » associant le Département de la Vendée, la Région des Pays de la Loire, Sorbonne Université et la Société d’émulation, le CVRH accueille depuis sa fondation en 1994, des chercheurs comme Alain Gérard qui qualifie la répression de 1793-1794 d’« extermination ».

En Vendée, l’Ices forme les élites de la droite réac

Un vivier d’emploi et une clientèle fidèle

Depuis la petite enfance jusqu’à l’âge adulte, le Puy du Fou s’est ainsi construit un vivier local et une fidèle clientèle. Grâce à son succès touristique, le Parc est par ailleurs devenu un acteur incontournable d’un bassin d’emploi local au taux de chômage avoisinant les 5 %, le conseil général de Vendée ne manquant pas de souligner l’attractivité exceptionnelle de ses territoires au sein du Grand Ouest.

Pour Jean‑Clément Martin, la Vendée fait partie de ces lieux qui, en réaction à la répression révolutionnaire, ont développé de plus fortes solidarités communautaires qu’ailleurs en France. Ces dynamiques, dont le Puy du Fou est une illustration, permettraient à leurs populations d’échapper à la crise.

Aujourd’hui, l’association locale existe encore et la Cinéscénie continue d’être jouée par environ 4 000 bénévoles. Mais le Puy du Fou s’est professionnalisé. Il a désormais la stature d’un groupe international. En 2017, il est même devenu le second parc à thèmes français, juste derrière Disneyland Paris, en termes de fréquentation.

Le juteux business de la famille Villiers au Puy du Fou

Un message identitaire globalisé

Le message s’est lui aussi globalisé. La promotion de l’identité locale s’est élargie à la défense de l’identité chrétienne. D’un spectacle à l’autre, les thèmes se répètent : de l’Empire romain à Verdun, en passant par les Vikings, Jeanne d’Arc et les expéditions de La Pérouse, le peuple chrétien doit être défendu face à ses ennemis.

Dans le spectacle « Les Vikings », Saint Philibert sort par exemple miraculeusement de l’eau après avoir été invoqué par les habitants du Puy du Fou et repousse les envahisseurs, au milieu d’un déluge d’effets spéciaux. La foi et l’identité sont ainsi représentées comme des refuges face à l’angoissante modernité.

Évidemment, les nationalistes de tous pays ont vite compris l’intérêt qu’ils pouvaient tirer d’un tel succès. Dans le nord-est de l’Angleterre, le milliardaire Jonathan Ruffer a ainsi fait appel au Puy du Fou pour valoriser l’ancien château néogothique d’Auckland, site historique de l’évêché de Durham, un des plus anciens du pays. La recette fonctionne plutôt bien outre-Manche, dans une ambiance de pré-Brexit : en 2016, le spectacle « Kynren » attire environ 100 000 spectateurs.

Co-écrit par Philippe de Villiers et mis en scène par son fils Nicolas, le spectacle adapte les recettes du spectacle vendéen au nationalisme anglo-saxon, depuis les Vikings jusqu’aux guerres mondiales en passant par le roi Arthur.

Courant 2019 le « Puy du Fou Espaňa » ouvrira ses portes près de Tolède, retraçant « les grandes heures de l’histoire d’Espagne […], des Rois goths à l’arrivée du Chemin de fer », suggérant que l’Espagne existait déjà il y a 1 500 ans… Dans cette région connue pour être un des lieux de mémoire du franquisme, une telle mise en scène n’a rien d’anodin.

Via sa filiale Puy du Fou international, créée en 2010, le groupe Puy du Fou a tenté ou tente d’étendre son réseau en Hongrie, en Pologne, aux Pays-Bas (parc Efteling), en Crimée, en Russie et en Chine : une géographie qui épouse celle de la poussée nationaliste.

Un lieu de résistance à la modernité

En Vendée, les dioramas consacrés aux ravages de la Révolution française ont aujourd’hui bien vieilli. Pourtant, le Puy du Fou n’oublie pas ses fondamentaux, surfant sur le retour en grâce du roman national et la détestation des révolutions. Comme l’annonce la brochure, « il y a des mondes et des époques que l’on croyait à jamais disparus. Pourtant, la forêt centenaire du Puy du Fou est devenue leur refuge et l’Histoire continue » : plus que jamais, le parc se présente comme un lieu de résistance à la modernité et à ses maux mondialisés, métissés et migratoires.

La diabolisation de 1793 revient en force : depuis 2016, un nouveau spectacle appelé « Le Dernier Panache », scénarisé par Philippe de Villiers lui-même, magnifie la glorieuse défaite du général vendéen Charrette devant les bourreaux républicains. Nicolas de Villiers, actuel directeur du Parc, n’hésite pas à dire que « ce héros régional a défendu […] une valeur universelle : la Liberté ».

Comprendre les usages du passé

« Par mes livres ou mon Puy du Fou, j’ai fait passer beaucoup plus d’idées qu’en restant la énième écrevisse de la bassine », concède Philippe de Villiers, avouant livrer un « combat culturel ».

Venus se divertir, beaucoup de visiteurs font très bien la part des choses. Les autres oublient. Mais est-ce si simple ? Les données collectées lors d’une enquête récente confirment la dangerosité de ces usages du passé : pour certains collégiens, l’histoire racontée au Puy du Fou serait plus fiable que celle de l’école, accusée d’être « officielle » et mensongère.

Afin de faire preuve de vigilance vis-à-vis du retour en force des romans nationaux, y compris par le biais du jeu et du divertissement, il revient aux historiens de défendre l’idée de « l’histoire comme émancipation » comme nous le proposons avec les historiennes Laurence De Cock et Mathilde Larrère dans un livre du même nom.

Cette démarche se fonde sur des méthodes et une recherche de vérité qui est aussi attentive aux sorts des laissés-pour-compte. Nous pensons ainsi que l’histoire doit se concevoir comme un outil critique, généreux et parfois conflictuel de la vie démocratique. Ainsi éviterons-nous peut-être que de nouveaux Puy du Fou ne proposent, à leur tour, de tels mésusages du passé.

L’ouverture annoncée par Yves Jégo, ancien élu UMP puis UDI d’un grand « Parc Napoléon » à Montereau (Yonne) pour 2023, laisse malheureusement craindre le contraire.

 

DROIT DE RÉPONSE DE L’ASSOCIATION DU PUY DU FOU

« Dans un article intitulé « Le Puy du Fou : derrière le divertissement, l’arsenal culturel des nationalistes » reproduit sur ce site, M Guillaume Mazeau, présenté comme « Maitre de conférences en histoire à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne », énonce un certain nombre de faits inexacts et portant atteinte à l’honneur et à la considération de L’ASSOCIATION DU PUY DU FOU et du GRAND PARC DU PUY DU FOU.

Malgré la volonté constamment réaffirmée de l’Association de ne diriger ses efforts et son énergie que vers la satisfaction de ses visiteurs et de toutes les personnes qui oeuvrent à son succès, les représentants de ce dernier se voient donc malheureusement contraints d’exercer le droit de réponse qui leur est dévolu par la loi dans de telles circonstances.

L’ASSOCIATION DU PUY DU FOU, association créée en 1977, porte depuis sa création le spectacle de la Cinéscénie. Cette association n’a jamais été intégrée en société commerciale. La société PUY DU FOU INNOVATION, depuis lors renommée GRAND PARC DU PUY DU FOU, a été créée 1988 avec pour actionnaire unique L’ASSOCIATION DU PUY DU FOU.

PUY DU FOU ACADEMIE est une école « art & étude » créée en parfait accord avec l’inspection académique de Vendée. C’est une école mixte et aconfessionnelle qui permet aux élèves de suivre une formation scolaire académique dans la matinée et des formations artistiques et sportives (théâtre, danse, équitation, escrime…) chaque après-midi, à l’instar des écoles sports / études.

L’ACADEMIE JUNIOR est une formation artistique extrascolaire qui ne propose aucun enseignement supérieur. Créée en 1998, elle offre la possibilité à 700 enfants membres de l’Association du Puy du Fou de se former GRATUITEMENT dans 30 disciplines artistiques de leur choix (équitation, flamenco, escrime, théâtre, ferronnerie, bourrelier, dessin, photo, vidéo…)

L’Association précise également que, contrairement aux affirmations péremptoires de l’auteur, ses ACADEMIES n’ont strictement aucun lien avec l’ICES. L’Association n’a pas non plus de liens avec le Centre vendéen de recherches historiques.

Le choix de la ville de Tolède pour implanter le Puy du Fou en Espagne s’est imposé car son histoire est d’une richesse incroyable. Cette ancienne capitale espagnole, inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco, est un musée à ciel ouvert. Les fiers remparts de la citadelle médiévale qui domine la vallée du Tage se distinguent de loin depuis les plaines jaunies par le soleil de la Castille. Capitale de l’Espagne jusqu’en 1563, Tolède a toujours été un carrefour culturel, la « Jérusalem de l’Ouest », où les religions catholique, musulmane et juive ont cohabité en paix durant des siècles.

L’ASSOCIATION DU PUY DU FOU et le GRAND PARC DU PUY DU FOU ont une vocation artistique et culturelle.

L’ASSOCIATION DU PUY DU FOU et du GRAND PARC DU PUY DU FOU n’ont jamais prétendu faire un travail d’historien : elles proposent de spectaculaires romances historiques qui permettent un voyage poétique dans le légendaire français à travers ses merveilles, ses drames, ses grandeurs et ses égarements, de l’Antiquité au XXème siècle. Le Puy du Fou emprunte à l’imaginaire collectif des images parfois inspirées de la grande Histoire sans autre prétention que de mettre en scène des poèmes divertissants, mêlant légendes et réalité.

L’ASSOCIATION DU PUY DU FOU et le GRAND PARC DU PUY DU FOU contestent donc tant le fond que la forme des allégations exposées dans l’article de M. Guillaume Mazeau, publié sur ce site, tendant, globalement, à présenter ses activités purement culturelles et divertissantes comme une forme de révisionnisme de l’histoire de France. L’ASSOCIATION DU PUY DU FOU et du GRAND PARC DU PUY DU FOU se réservent le droit d’y donner toutes les suites judiciaires qu’elles jugeront pertinentes. »

Si vous souhaitez nous adresser des documents en passant par une plateforme sécurisée et anonymisée, rendez-vous sur pals.mediacites.fr

Point final.

2 COMMENTAIRES

  1. Un peu de nationalisme dans ce pays meurtri par la mondialisation c’est ce que les gens recherchent, et ça fait du bien de lever le voile sur une histoire de la France tronquée par un gouvernent manipulateur ! C’est audacieux et courageux, bravo au Puy du fou et à ses fondateurs !

Réagir à l'article

Merci d'entrer votre commentaire !
Merci d'entrer votre nom ici