Coupe dans les effectifs, augmentation des « objectifs individuels », surveillance renforcée des salariés, économie d'espace avec le recours au « flex office » et au télétravail... De Vinci à Veolia, en passant par GL Events ou Indigo, Mediacités enquête depuis cinq ans sur les pratiques des grands groupes qui exploitent des services publics (aéroports, autoroutes, centres de congrès, service de l'eau, parkings, etc.). Au fil de nos publications, nous avons identifié une constante : la « privatisation » d’équipements ou de services qui relevaient auparavant de l’État ou des collectivités locales s’accompagne d’une recherche accrue de rentabilité financière. Son corollaire ? Une réduction des charges, coûte que coûte, quitte à mettre en péril la qualité du service rendu.

Anaprev, cabinet spécialisé dans l’analyse des projets importants et des risques psycho-sociaux en entreprise a donné un nom à ce phénomène : « Le culte de l'Ebitda. » Cet acronyme un peu barbare correspond à un indicateur comptable
Leçon de finances
Le bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement (ou, en anglais, earnings before interest, taxes, depreciation, and amortization soit « Ebitda ») désigne, en finances, le bénéfice d'une société avant que n'en soient soustraits les intérêts, les impôts sur les sociétés, les dotations aux amortissements et les provisions sur immobilisations (mais après dotations aux provisions sur stocks et cr . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Isabelle Jarjaille
Journaliste indépendante​ depuis 2011​, j'enquête sur la gestion des services publics par le privé et son impact sur les finances publiques.​ ​Mon livre enquête "Services publics délégués au privé, à qui profite le deal ?" est sorti le 27 mars 2018​. ​Je suis également en charge du cours Techniques d'enquête en licence Info Com à l'IUT de Lannion et je porte un projet d'éducation aux médias dans deux lycées agricoles. Je suis membre du bureau du Club de la presse de Bretagne, pour promouvoir les médias et ceux qui les font au quotidien : les journalistes, notamment les pigistes.