Et vlan, le rapport de la Chambre régionale des comptes (CRC) ! Ce mardi 28 novembre, la juridiction chargée de contrôler les collectivités locales a rendu public son examen minutieux de la gestion de la ville de Givors entre 2009 et 2015. « Manquement à la probité », « faiblesse des procédures écrites », « insuffisante expertise juridique » : le résultat est accablant.

Dans le collimateur de la CRC : l’ancien maire communiste Martial Passi, qui a démissionné de son poste en juillet dernier après avoir été jugé en premier instance pour prise illégale d’intérêt. En mai dernier, Mediacités s’était plongé dans ses frais de représentation : comme nous l’écrivions, l’élu en a - pour le moins - une conception toute personnelle entre remboursement de parfum par la collectivité et double facturation de certaines dépenses...

Dans son rapport, la Chambre régionale des comptesLe 17 février dernier, alors qu’elle était en train d’étudier la gestion de la commune de Givors,  la CRC avait signalé des faits susceptibles de poursuites pénales au parquet de Lyon. Ce dernier avait ouvert une enquête préliminaire le 22 février pour les chefs de détournement de fonds publics, recel de détournement de fonds publics, prise illégale d’intérêts, faux et favoritisme. De source judiciaire, les frais de représentation du maire font partie de cette enquête. Plusieurs sources ont d'ailleurs indiqué à Mediacités que des commerçants de la ville avaient été interrogés . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire les 57% restants de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
En renseignant votre e-mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters (2 par semaine) et des offres d'abonnement.
Abonnez-vous pour 6,90€/mois ou 59€/an.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.