Rihanna, Coldplay ou encore Céline Dion…  Ces stars internationales partagent un point commun : elles se sont toutes produites ces derniers mois sur la scène du parc OL rebaptisé depuis juillet dernier au nom d’un grand groupe d’assurances. Ce sont elles les véritables vedettes de la nouvelle maison de l’Olympique lyonnais. Les têtes d’affiche qui rapportent. Avec son grand stade inauguré l’an dernier, le club de Jean-Michel Aulas n’est plus seulement un club de football…

Le projet de la méga-enceinte lyonnaise a repoussé en France les limites du « foot-business ». Il a imbriqué toujours plus argent et ballon rond. Comment l’OL est-il parvenu à ses fins : devenir le premier club propriétaire d’un stade multiservices ? Comment son président a levé un à un les blocages entre lobbying et coups de pression, jusqu’à faire modifier la loi à son profit ? Avec l’aide de qui ? Et à quel prix ?

Pour raconter l’histoire de ce stade pas comme les autres, Mediacités s’est plongé dans près de vingt ans d’archives et a rencontré plus d’une trentaine d’interlocuteurs. Au fil des épisodes de notre série, vous croiserez Jean-Michel Aulas, ceux qui se sont opposés à son grand œuvre comme ceux qui ont agi en coulisses pour sa concrétisation, mais aussi une brochette de parlementaires et d’anciens ministres des Sports (Bernard Laporte, Jean-François Lamour, Roselyne Bachelot, Chantal Jouanno…) impliqués à un moment ou un autre dans le dossier ; ou encore Christophe Bouchet, un ancien président de l’Olympique de Marseille aux multiples vies. Sans oublier l’incontournable et déterminant baron lyonnais Gérard Collomb, aujourd’hui ministre de l’Intérieur.

Infographie : N.Certes

Dans le premier épisode, préalable au projet du grand stade, le président de l’OL consacre son énergie à se débarrasser de l’interdiction d’entrer en bourse pour les clubs français. Une victoire à force de patience… et d’une plainte déposée devant la Commission européenne. « Nous n’étions pas d’accord avec Jean-Michel Aulas mais nous avons dû céder », confie à Mediacités Jean-François Lamour, ancien ministre des Sports. Ou comment l’OL a tordu le bras au gouvernement français.

> EPISODE 1 : COMMENT AULAS A FORCÉ LES PORTES DE LA BOURSE

Dans l’épisode 2, le projet du grand stade bénéficie d’un coup de pouce très opportun : la candidature de la France à l’Euro 2016. Vous découvrirez comment cette idée a été directement soufflée au gouvernement par un partenaire économique de l’OL. Ou quand des conflits d’intérêt entachent la belle histoire.

> EPISODE 2 : LA BONNE “AUBAINE” DE L’EURO 2016

C’est à Paris, dans les couloirs du pouvoir, que se joue l’épisode 3, une étape-clé. Ce projet de grand stade à 450 millions d’euros de fonds privés ne peut pas être déclaré d’intérêt général sans modifier la loi ? Qu’à cela ne tienne, elle le sera ! Du Sénat à l’Elysée, en passant par l’Assemblée nationale, s’engage une bataille acharnée entre les pro et anti-stade, à coups d’amendements cavaliers et de coups fourrés. A la manœuvre, l’ancien sénateur maire de Lyon Gérard Collomb, lobbyiste numéro 1 de Jean-Michel Aulas.

> EPISODE 3 : GERARD COLLOMB, EN SERVICE COMMANDÉ POUR L’OL

Quinze années de pression, d’arrangements et de menaces, des centaines de millions d’euros d’argent public investis pour relier le stade au reste de l’agglomération lyonnaise (routes, tramway et bientôt métro ?) : dans l’épisode 4, Mediacités dresse le bilan. Ou comment les intérêts de quelques uns l’ont emporté sur l’intérêt général.

> EPISODE 4 : DÉPENSES PUBLIQUES, PACTOLE PRIVÉ 

“Olympique lyonnais : l’histoire secrète du grand stade” est une série de Mediacités en quatre épisodes à lire à partir des mercredis 6 décembre (épisodes 1 et 2) et 13 décembre (épisodes 3 et 4).

Infographie : N.Certes

FacebookTwitterEmailPrint