Bis repetita ? Une semaine après un record historique pour une élection – 67,41% dans la région -, l’abstention semble bien partie pour de nouveau crever le plafond ce dimanche 27 juin. Elle entachera la légitimité du vainqueur de la soirée, quel qu’il soit.

Trois candidats restaient en lice pour ce second tour des régionales en Auvergne-Rhône-Alpes. Le sortant Laurent Wauquiez (LR), archi-favori depuis qu’il a survolé le scrutin du 1er tour avec 43,79% des suffrages exprimés. Alors qu’il avait concédé quatre départements et la Métropole de Lyon à la gauche en 2015, il est en passe de remporter un grand chelem dans les douze départements de la région.

Face à lui, l’écologiste Fabienne Grébert a rassemblé, non sans bisbilles, les socialistes des listes de Najat Vallaud-Belkacem et les communistes et insoumis conduits, au premier tour, par Cécile Cukierman. Le total des suffrages obtenus par les trois candidates s’élevait, dimanche dernier, à 31,41%… soit 12 points de moins que Laurent Wauquiez. Enfin, le RN Andréa Kotarac, plombé par son score du premier tour (12,33%) complète l’affiche de cette élection sans grand suspens.


Les informations à retenir : 

  • Abstention aussi forte qu’au premier tour. 66,62% des électeurs d’Auvergne-Rhône-Alpes ont boudé les urnes ce 27 juin. Un taux quasi identique à celui du dimanche précédent (66,7%).
  • Laurent Wauquiez réélu : avec 55,2% des voix, le président sortant LR arrive largement en tête de ce scrutin. 
  • Fabienne Grébert réunit 33,62% des voix. Un score un peu plus élevé que le poids cumulé des trois listes de gauche (la sienne, celle de la socialiste Najat Vallaud-Belkacem et celle de la communiste Cécile Cukierman) lors du premier tour (31,41%).
  • André Kotarac recule : le candidat du RN fait moins bien qu’au premier tour avec environ 11,18% des suffrages.

21h58 – Le RN divise son score de 2015 par deux. Interviewé par France 3 après l’annonce des résultats, le chef de file du Rassemblement national, Andréa Kotarac, a la tête des mauvais jours. Le transfuge de la France insoumise n’a rassemblée que 11,5% des suffrages (contre 12,3% au premier tour). Le parti d’extrême-droite signe une contre-performance importante par rapport à 2015, où il avait rassemblé plus de 22% des voix. Un revers qu’Andréa Kotarac attribue à la très faible participation : « Avec un tel taux d’abstention, on ne pouvait pas espérer de grands changements. Mais il faudra garder en tête que la légitimité de cette assemblée sera discutable. » Rappelant que les scores du RN sont en baisse dans l’ensemble de la France, il appelle à « travailler sur les raisons de cette abstention chez les Français et plus particulièrement chez les électeurs du Rassemblement national ».

21h30 – Opposante numéro 1 – « Bien sûr, c’est une déception » : dans un bar du quartier de la Part-Dieu où se sont réunis quelques dizaines de militants écologistes, Fabienne Grébert a pris la parole devant la presse vers 21 heures. « La victoire de Laurent Wauquiez a été acquise grâce aux voix du Front national, estime-t-elle . Les digues ont sauté ! » Selon la perdante du scrutin, « l’abstention, c’est aussi son échec [celui de Laurent Wauquiez]. Il a refusé trois débats. Il a orienté la campagne sur le seul thème de la sécurité. » « Nous ne l’avons pas entendu sur la formation, la culture, le climat », énumère-t-elle avant de se féliciter : « L’écologie sera la première force d’opposition face à la droite extrême et à l’extrême-droite. » Le groupe vert de la prochaine assemblée régionale devrait compter entre 27 et 30 élus sur 204.

IMG_7258
Fabienne Grébert, le 27 juin 2021. Photo : N.Barriquand/Mediacités.

20h50 – La région en poche, Laurent Wauquiez amorce son virage national. Et à la fin, c’est Laurent Wauquiez qui gagne. « Six ans de plus, c’est ça la droite qu’on aime, celle qui gagne », lâche Antoine, un jeune militant venu assister à la soirée des Républicains, au restaurant le Selcius, dans le quartier de la Confluence à Lyon. Le président sortant de la région Auvergne-Rhône-Alpes a été réélu avec près de 55% des suffrages, selon des résultats encore provisoires. Dans le restaurant huppé, quelques applaudissement fusent, avant de se tarir au moment où Xavier Bertrand, l’alter ego de Laurent Wauquiez dans les Hauts-de-France, fait son apparition sur les écrans de CNews allumés pour l’occasion.

Quelques minutes plus tard, c’est au tour de Laurent Wauquiez de fendre la petite foule qui se bouscule entre les tables et les caméras des journalistes. « On gagne toujours à rester fidèle à ce qu’on est », lance le vainqueur du jour lors d’une prise de parole éclair en forme de copié-collé de son discours du premier tour : « La victoire de ce soir, c’est la victoire d’un cap clair », estime Laurent Wauquiez, avant d’énumérer inlassablement ses éléments de langages répétés pendant des mois de campagne : « Le respect de la parole donnée », « la défense des classes moyennes », « le travail plutôt que l’assistanat », la « sécurité », érigée en priorité absolue, ou encore « le refus de tout compromis avec le communautarisme ».

« Ce soir les extrêmes ont reculé fortement dans la région, car nous ne leur laissons aucun terrain », se réjouit Laurent Wauquiez, qui a essoré – siphonné ? – son adversaire du Rassemblement national, Andréa Kotarac, crédité de 11,4% des suffrages.

Le vainqueur du jour esquisse déjà une transposition de son discours au plan national, en pointant l’énervement supposé des citoyens face à « ceux qui dégradent la France ». « Les Français attendent du courage et le chemin du bon sens », conclut Laurent Wauquiez.

20h40 – « Une victoire franche » – Depuis son QG, dans le quartier lyonnais de la Confluence, Laurent Wauquiez s’est félicité de sa réélection : « Un moment très fort, une victoire franche. » « On gagne toujours à rester fidèle à soi-même. La victoire de ce soir, c’est celle d’un cap clair », a-t-il martelé, avant d’égrener ses « valeurs », déjà listées au soir du premier tour : « Le travail plus que l’assistanat, le mérite plutôt que le nivellement par le bas, la bonne gestion plutôt que l’argent magique. » « Les Français attendent du courage », a-t-il conclu. Reste à savoir s’ils attendent Laurent Wauquiez…  

IMG_0718
Capture d’écran France 2.

20h25 – « Le dégagisme a été dégagé » – Présente sur le plateau de France 2, Najat Vallaud-Belkacem analyse le résultat de Fabienne Grébert comme « une appétence pour une gauche rassemblée » : « On constate qu’au second tour, nous allons au-delà de l’arithmétique. » Certes, l’écologiste recueille un score plus élevé que le cumul des scores des trois candidates de gauche au premier tour… mais de seulement 1,3 point si on s’en tient à l’estimation de 20 heures [lire plus bas].

Ce soir, « c’est le retour manifeste du clivage gauche-droite. Le dégagisme a été dégagé. On va pouvoir reconstruire un vrai débat », a poursuivi l’ancienne cheffe de file socialiste en Auvergne-Rhône-Alpes.

IMG_6738
Najat Vallaud-Belkacem, lors de la campagne des régionales. Photo : NB/Mediacités.

20h – Laurent Wauquiez réélu – D’après les estimations d’Ipsos Sopra-Steria, Laurent Wauquiez est réélu avec 55,9%. Il ferait mieux que le score, dans les Hauts-de-France, de Xavier Bertrand (53%), son rival à droite en vue de l’élection présidentielle de l’an prochain. L’écologiste Fabienne Grébert arrive deuxième, avec 32,7% des voix. Andréa Kotarac ne recueille que 11,4%, en recul d’un point environ par rapport au premier tour.

Au bar le Selcius, dans le quartier lyonnais de la Confluence, où Laurent Wauquiez a établi son QG pour la soirée, quelques applaudissements accueillent le résultat du candidat LR. Silence poli, ensuite, quand Xavier Bertrand apparaît à la télévision branchée sur la chaîne CNews (avant de zapper sur France 3). 

19h30 – Fiasco Adrexo bis – « Avez-vous reçu chez vous le matériel électoral ? » Dans ce bureau de vote du 7e arrondissement de Lyon, le président des lieux interroge chaque votant au moment de glisser le bulletin dans l’urne. Comme dimanche dernier, nombre d’électeurs n’ont pas reçu les bulletins de vote et les professions de foi des candidats dans leurs boîtes aux lettres. La faute à la société Adrexo, ce prestataire à qui le ministère de l’Intérieur avait confié la mise sous pli et la distribution des documents. Lors du premier tour, selon Libération, 9% des professions des foi n’ont pas acheminées à l’échelle nationale. Pour remédier (très partiellement) à ce fiasco, le ministère de l’Intérieur, chargé de l’organisation des élections, a mis en ligne les professions de foi de Laurent Wauquiez, Fabienne Grébert et Andréa Kotarac.  

18h50 – Pas de sursaut démocratique – A 17 heures, le taux de participation aux élections régionales et départementales était de 25,53% dans la Métropole de Lyon et dans le Rhône, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur. Un taux en légère hausse par rapport à ceux de dimanche dernier à la même heure (24,75% des inscrits avaient voté), mais qui reste historiquement bas. 

Au niveau national, 27,89% des inscrits se sont rendus à l’isoloir, soit un point de plus que la semaine dernière, et près de deux fois moins que lors du second tour des régionales de 2015 (50,54%).

Rappel des résultats du premier tour des régionales en Auvergne-Rhône-Alpes : 

 

Si vous souhaitez nous adresser des documents en passant par une plateforme sécurisée et anonymisée, rendez-vous sur pals.mediacites.fr

Point final.

Réagir à l'article

Merci d'entrer votre commentaire !
Merci d'entrer votre nom ici