Cantine scolaire. / Image d'illustration

Repas végétariens dans les cantines : Nantes dans la moyenne des villes françaises

« Passer de un à deux repas végétariens par semaine pour tous les enfants ». C’était l’une des promesses émises par Johanna Rolland lors de la campagne municipale. Un objectif pas si facile que cela à atteindre si l’on en croit les résultats de l’enquête participative menée par Greenpeace du 1er janvier au 31 mars

Lisez cet article et découvrez les bienfaits d’un média indépendant dans votre ville.

1€ le premier mois

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement

Cet article concerne les promesses :
« Passer de 1 à 2 repas végétariens par semaine pour tous les enfants » « Un menu végétarien quotidien dans les cantines »
Voir toutes les promesses
Benjamin Peyrel
Co-fondateur de Mediacités et rédacteur en chef de son édition nantaise. Avant de me lancer dans cette aventure, j'ai débuté au quotidien La Croix et suis passé par différentes rédactions (L’Humanité, Le Parisien, etc), avant de rejoindre L’Express et d'écumer préfectures et sous-préfectures pendant dix ans. Je m’intéresse notamment aujourd’hui aux montagnes de données que les collectivités comme les citoyens produisent quotidiennement et aux moyens de les utiliser pour faire avancer l'information.

Précédemment dans l'Oeil

Le rendez-vous Mediacités sur SUN – Le Son unique : menaces sur le chantier du CHU de Nantes

Chaque premier mercredi du mois, retrouvez les enquêtes de Mediacités sur l'antenne de SUN - le Son unique (93.0 FM à Nantes), à 18 h 45. Pour ce premier numéro, David Picot raconte les coulisses de son enquête sur le chantier du CHU au micro de Cécile Rolland. Un entretien à retrouver en podcast et en vidéo sur le site de SUN. 

La justice épingle le « faux » contrat de l’ancien directeur de la médecine du travail nantaise

L'ancien directeur et l'ancien président du conseil d'administration du SSTRN ont été reconnu coupable de « faux » par le tribunal correctionnel de Nantes. En cause : un contrat de travail antidaté prévoyant un confortable parachute doré.