Avant le conseil municipal, la défense très bancale du maire de Treillières

Suite aux révélations sur sa conduite en état d’ivresse au volant d’un véhicule communal et aux soupçons de conflits d’intérêt touchant son équipe, le maire de Treillières se défend. Mais prend de larges libertés avec les faits, au point de mettre les gendarmes ou ses propres services en porte à faux.

mairie Treillieres
La mairie de Treillières, près de Nantes. / © Photo : Pymouss – Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=5076080

Ce lundi 26 octobre 2020, l’ambiance promet d’être électrique à Treillières (Loire-Atlantique), au nord de Nantes [Mise à jour : coup de théâtre, le conseil a finalement été annulé au dernier moment. Lire nos informations en fin d'article]. Ce soir, un conseil municipal extraordinaire devrait en effet entériner les démissions de quatre adjoints du maire Alain Royer, suite aux révélations de Mediacités sur sa conduite en état d’ivresse au volant d’un véhicule de la commune. Ce qui devait être un « incident isolé » - à en croire le mea culpa prononcé par l’intéressé le 28 septembre, lors du précédent conseil municipal - a en effet débouché sur « une crise politique majeure » au sein de la majorité, comme l’affirmait la future ex-première adjointe au maire, Catherine Cadou, dans un document que nous dévoilions le 14 octobre dernier. Elle y démontait notamment « le mensonge » d’Alain Royer,

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 5 minutes

Par Guillaume Frouin (PressPepper)