La mesure est présentée comme « un nouveau pilier de la politique de logement de la Métropole de Lyon », au même titre que l’encadrement des loyers ou la construction de logements sociaux. Le Grand Lyon et la ville de Lyon ont dévoilé la semaine dernière une nouvelle réglementation en matière de meublés de tourisme, des appartements loués pour leur immense majorité sur Airbnb. Une manière pour la majorité écologiste d’afficher son volontarisme, après un début de mandat plutôt timide sur ce sujet [(re)lire notre enquête : Face à l’ogre Airbnb, des écologistes lyonnais bien timides].

Les exécutifs de Bruno Bernard et Grégory Doucet entendent ainsi lutter contre la hausse des loyers – Lyon est la cinquième ville la plus chère de France, rappellent-ils – et contre les effets négatifs d'Airbnb en termes de « mixité sociale » et de « hausse des conflits d'usage » en obligeant les plus gros loueurs à « compenser ». Ceux-ci seront obligés de mettre un autre logement de taille équivalente sur le marché. Un durcissement incontestable, qui vise d’abord à décourager les éventuels investisseurs de se lancer dans le business Airbnb. Mais ses effets sur le march . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Cet article concerne les promesses :
« Consulter la population sur une diminition du nombre de jours maximum de location Airbnb » « Appliquer la réglementation Airbnb (120 jours de location maximum par an) »
Voir toutes les promesses
Mathieu Périsse
Mathieu Périsse collabore avec Mediacités Lyon depuis juin 2017, convaincu de la nécessité d’une information locale indépendante et percutante. Lyonnais de naissance, il a d’abord travaillé pour la radio (Radio France, RTS), notamment lors de reportages longs-formats à l’étranger (Afghanistan, Biélorussie, Chypre, Burkina Faso…). Membre du collectif de journalistes We Report, il écrit régulièrement pour Mediapart, journal pour lequel il a enquêté pendant un an sur la pédophilie dans l’Eglise catholique (également en lien avec Cash Investigation).