Grand débat, dialogue citoyen, conseils de quartier… Démocratie “Canada Dry”

[BILLET] Du Grand débat national lancé par le gouvernement aux simples conseils de quartier organisés dans la plupart des villes de France, la "démocratie participative" est devenue un lieu commun de la politique locale ou nationale. Une bonne chose ? Oui, sur le papier. Dans la pratique, malheureusement, ces dispositifs n'ont souvent de démocratique que le nom.

cumul 1

Cette semaine, alors que la France s’est lancée dans un « Grand débat national » suite à la crise des gilets jaunes, Mediacités s’est intéressé à la manière dont se pratique la démocratie participative au niveau local. A Nantes, en l’occurrence, ville souvent citée en exemple sur le sujet. Qu’en ressort-il ? Que « ces procédures donnent le change plus qu’elles ne changent la donne », comme le notait la politiste Cécile Blatrix, en 2007. La formule reste d’actualité tant elle pointe avec acuité les limites du dialogue tel qu’on le pratique dans notre pays depuis plusieurs décennies. De « conseils de quartiers » en « ateliers citoyens », de « consultation » en – petits ou grands – « débats », dans l’immense majorité des cas la montagne consultative accouche d’une souris politique.

Pourquoi ? Entre autres multiples raisons, parce que les citoyens sont le plus souvent appelés à dialoguer selon des procédures soigneusement balisées, sur des sujets sans risques ou, en tout cas, jamais susceptibles de remettre en cause le fond des politiques menées. Ce quelle que soit la couleur politique des élus. En caricaturant à peine, on leur laisse le soin de choisir le nom de la piscine ou la couleur d’un mur, tandis qu’élus et techniciens continuent de définir la politique sportive ou celle en faveur des quartiers.

Un arrière goût amer de communication

En demandant, par exemple, aux Français dans quel type de dépenses publiques ils préfèrent tailler (l’Éducation, l’Environnement, la Défense, etc), sans leur permettre d’exprimer au préalable ce qu’ils pensent de cette politique d’austérité, le Grand débat national ne déroge pas à cette règle. Et participe, à l’échelle nationale, au développement de cette « médiocratie » participative que décrit dans nos colonnes Guy Lorant, ancien directeur de la communication de la ville de Nantes.

Notre pays, nos régions, nos villes méritent mieux que cette démocratie « Canada Dry », qui en a la couleur et l’odeur, mais dissimule très mal son arrière-goût amer de communication. Nous méritons mieux. D’autant que les pistes et propositions pour une véritable participation, un dialogue utile, constructif et efficace, existent. Vous en trouverez de nombreux exemples au fil des pages de notre dossier « Soigner la démocratie ».

Soigner la démocratie

Aucun commentaire pour l'instant

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Publié le

Temps de lecture : 2 minutes

Par Benjamin Peyrel