La MEL, une institution « à huis-clos », des élus « livrés à eux-mêmes »

La Métropole européenne de Lille fonctionne depuis l’origine en circuit fermé et c’est mauvais pour la démocratie. C’est du moins l’analyse des politologues lillois Fabien Desage et Nicolas Kaciaf dans un article de la revue Politique et Sociétés. Les critiques viennent toujours de l’extérieur et sont rarement prises en compte. Ils en veulent notamment pour preuve le travail d’investigation de… Mediacités.

Conseil metropolitain MEL
Séance du conseil métropolitain de la Métropole européenne de Lille. Capture d’écran : www.lillemetropole.fr

C’est un drôle de portrait de la Métropole européenne de Lille (MEL) que dressent les politologues lillois Fabien Desage et Nicolas Kaciaf dans un article publié en mars dans la revue québécoise Politique et Sociétés, intitulé « Des représentants livrés à eux-mêmes ? La Métropole européenne de Lille, entre invisibilité des oppositions internes et imperméabilité aux contestations externes ». Les deux politistes croisent leurs regards pour décrypter les « mécanismes de fermeture d’une institution sur elle-même ».

Le texte n’a rien d’un pamphlet. C’est bel et bien une réflexion scientifique, avec hypothèses de travail, arguments et utilisation de concepts pas forcément grand public, tels que la « dé-démocratisation », la « dé-parlementarisation » ou la « dé-conflictualisation idéologique ». Mais le fond est critique. En témoigne le passage consacré à l’étonnante réélection de Damien Castelain, en juillet 2020, à la tête de la quatrième agglomération de France. Pour les deux auteurs, celle-ci « revêt tous les traits d’une anomalie démocratique ». Rien de moins !

https://www.mediacites.fr/reportage/lille/2020/07/10/election-a-la-metropole-de-lille-on-prend-les-memes-et-on-recommence/

Damien Castelain n’appartient en effet a aucun grand parti. Il a pour seule légitimité populaire les 320 suffrages qui se sont portés sur son nom lors de sa dernière élection municipale à Péronne-en-Mélentois. Il est « en outre, triplement mis en examen depuis août 2019, pour “corruption”, “favoritisme” et “détournement de fonds publics”, dans deux affaires judiciaires distinctes », rappellent les politologues. Pourtant, malgré tous ces handicaps apparents, sa reconduction à la présidence de la MEL n’a . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 6 minutes

Par Yves Adaken