Pesticides en Loire-Atlantique : de l’omerta au grand débat

« Comment les pesticides empoisonnent la Loire-Atlantique  »… En 2017, c’est ainsi que Mediacités titrait le premier de ses articles consacrés à l’usage des produits phytosanitaires dans l’agriculture de l’un des départements les plus consommateurs de ces produits chimiques. Nous y révélions alors des chiffres inédits et étions restés abasourdis par le silence régnant autour du sujet et de ses dangers pour l’environnement comme la santé humaine.

Trois ans après cette première enquête, nous sommes retournés sur le terrain pour observer ce qui avait changé, ou non. Découvrez cette enquête en cinq volets, de l’évolution des mentalités à celle de la consommation de pesticides, en passant par le débat sur les zones d’épandage, le réveil des élus ou la colère des victimes.

Les pesticides en chiffres

Malgré les efforts entrepris et les annonces de l’État, l’usage des produits phytosanitaires ne diminue pas vraiment dans le département. Et celui des produits les plus dangereux a même tendance à augmenter. De 2008 à 2018, on est certes passé de 5880 tonnes de pesticides achetées en 2008 à 4 295 tonnes. Soit une baisse de 27 %, mais une baisse en trompe-l’oeil. Car si les achats de certaines molécules diminuent effectivement, une majorité (291 sur 463) continue d’augmenter. Y compris des substances dangereuses à l’image du célébrissime glyphosate, du mancozèbe (substance qui sera interdite de commercialisation à partir du 31 janvier 2021), du chlorothalonil, ou encore du folpel… Et la baisse est loin de toucher l’ensemble du département. Si elle est notable dans le vignoble, dans les communes maraîchères certaines substances sont en revanche en plein boom. Retrouvez tous les détails en graphiques et en cartes dans cet article.
Lire la suite

Qui sommes-nous ?

Journaliste, Julie Reux collabore de longue date avec Mediacités. Ses domaines de prédilection ? L’agriculture et le monde agricole, l’environnement et, bien sûr, la question des pesticides. C’est elle, avec David Prochasson, qui avait signé la première enquête de Mediacités sur le sujet en 2017 : « Ces pesticides qui empoisonnent la Loire-Atlantique ». Depuis, elle s’est notamment intéressée à Terrena, le géant local de l’agroalimentaire, à l’emprise de la FNSEA sur la Chambre d’agriculture départementale, au vignoble du Muscadet, à l’alimentation en circuits courts à Nantes ou encore à la politique cyclable de la ville.
Le quatrième volet de cette enquête est le fruit d’un long et impressionnant travail de datajournalisme mené par Frédéric Sallet. Grâce au croisement de bases de données inédites, il mesure notamment l’impact de l’interdiction de l’épandage de pesticides à proximité des habitations ou bâtiments publics.
Lire la suite

Le projet

Cette enquête a démarré en 2017, avec la parution d’une première enquête co-écrite avec David Prochasson. L’article avait, à l’époque, été compliqué à écrire, tant le silence régnait sur le sujet. Depuis, nous avons continué à nous y intéresser, interrogeant des dizaines et des dizaines d’interlocuteurs et observant l’irruption de la question dans le débat public. Un peu plus de trois ans après cette première enquête, nous avons donc voulu refaire le point, pour observer et décrypter ce qui avait changé. Ou non.
Autrefois tabou, le sujet est maintenant débattu publiquement. Personne ne voulait rien dire – ou n’avait rien à dire – sur les pesticides. Aujourd’hui tout le monde a un avis, le plus souvent très tranché. Ce qui change aussi : l’arrivée discrète mais résolue des élus locaux, toutes étiquettes politiques confondues, dans le débat. Ils incarnent cette « pression sociétale » dont se plaignent les agriculteurs. Et la transformation d’un sujet technique ou scientifique en un débat politique.
Ce qui ne change pas, en revanche, c’est le silence des représentants agricoles. A une exception près, les responsables locaux de la FNSEA n’ont pas répondu à nos questions. En parallèle, absolument toutes les personnes interrogées ont dénoncé, en off, le « verrou » que représente la posture ambiguë du syndicat majoritaire dans ce débat. Certains élus locaux, et non des moindres, expliquant même avoir « peur » de fâcher “la Fédé”…
Mais le grand absent de cette enquête, c’est l’État. Les services de la DRAAF, présentés par plusieurs interlocuteurs comme un autre « verrou », ont refusé de répondre à nos questions sur Ecophyto. Nous retenons aussi l’opacité qui règne autour des maladies liées aux pesticides. Tous les défenseurs des victimes de pesticides dressent le parallèle avec l’amiante, l’un des plus gros scandales sanitaires du XXe siècle. L’enquête n’est pas terminée.
Lire la suite

Pesticides en Loire-Atlantique : la fin explosive d’une longue omerta

Nantes [ÉPISODE 1/5] Du tabou à la foire d'empoigne... En quelques années, le couvercle qui pesait sur la question des pesticides, de leur usage et de leur dangerosité a - enfin - sauté. Un mieux ? Incontestablement. Mais après des décennies de silence, les positions se radicalisent tant qu’il paraît impossible de débattre sereinement du sujet.

Pesticides en Loire-Atlantique : une baisse de la consommation en trompe-l’œil

Nantes [ÉPISODE 2/5] Les communes de Loire-Atlantique où l'on consomme toujours plus de pesticides. Et les autres... Malgré les efforts entrepris et les annonces de l’État, l'usage des produits phytosanitaires ne diminue pas vraiment dans le département. Et celui des produits les plus dangereux a même tendance à augmenter.

Inscrivez-vous à la Newsletter

Retrouvez toutes les enquêtes de Mediacités Nantes chaque semaine dans votre boite e-mail.

 

Pesticides en Loire-Atlantique : le maire, le robinet d’eau et les métabolites

Nantes [ÉPISODE 3/5] Loin des projecteurs, plusieurs élus essaient de faire disparaître les pesticides de leur commune. Des écolos radicaux ? Pas du tout : des maires ruraux inquiets de la qualité de leur eau potable. Responsabilité morale en bandoulière et pression sociale dans le dos, ils montent au créneau face aux agriculteurs, là où l’État a failli.

Pesticides en Loire-Atlantique : ces terres agricoles qui leur sont désormais interdites

Nantes [ÉPISODE 4/5] Les nouvelles zones de non-traitement aux pesticides imposées aux agriculteurs à proximité des habitations, des écoles et des lieux accueillant du public sont-elles suffisantes ? Dans la métropole nantaise, Mediacités révèle - chiffres inédits à l’appui - les enjeux pour les riverains et les agriculteurs.

Pesticides en Loire-Atlantique : colère, honte et oubli, la triple peine des victimes

Nantes [ÉPISODE 5/5] Dans ce dernier volet, nous tentons de soulever un couvercle qui résiste encore : celui qui pèse sur les victimes des pesticides. A commencer par les agriculteurs eux mêmes, plus souvent malades que les autres et confrontés à des procédures complexes, comme au tabou règnant au sein de la profession.