L’analyse de Mediacités

Mis à jour le 23/05/2024
Partager
L’idée n’est pas nouvelle. Une première Charte de l’arbre a été établie en 2006, pendant le mandat de Jean-Marc Ayrault. Son plan d’action reposait sur la protection, la diversification, l’augmentation et la répartition de la forêt urbaine et périurbaine nantaise.

Une nouvelle Charte de l’arbre a été adoptée lors du conseil métropolitain d’avril 2024. Elle définit l’arbre comme composant essentiel du paysage urbain. De bonnes intentions qui cachent trois écueils. D’abord, cette charte métropolitaine des arbres n’a pas de portée réglementaire ni légale. Ensuite, 75% des arbres de l’agglomération nantaise sont plantés sur des terrains privés, avec, par conséquent, peu d’emprise de la puissance publique. Enfin, beaucoup de mal a été déjà fait ces dernières années. Sur la seule commune de Nantes, près de 49 hectares ont été artificialisés entre 2009 et 2021. Soit 0,74% d’une surface communale déjà noyée sous le bitume à 83,4%… Une évolution que nous avons déjà évoquée dans des enquêtes précédentes sur l’inexorable étalement urbain de l’agglomération nantaise, sur les champs et forêts emportés par vingt ans de frénésie urbaine ou sur l’ambivalence de Nantes sur la nature en ville.

Pour ce qui est du site internet, pas de site à proprement parlé, mais un onglet sur le site des espaces verts de la Ville avec un outil de dénombrement et de cartographie des arbres et arbustes plantés depuis la saison 2021.

L’actualité de cette promesse

Recevoir des alertes par e-mail sur l'actualité de cette promesse
Vous avez une information à nous partager sur cette promesse ?
Voir les actualités précédentes

Création d’un droit d’interpellation citoyenne, une fois par an en Conseil municipal

Mairie Citoyenneté
Promesse tenue
Mis à jour le : 17/06/2024
Un autre moyen pour les citoyens d’exercer leur pouvoir démocratique, voilà une bonne idée. Et c’est une promesse tenue par la Ville, depuis ce début d’année 2024. Désormais, les habitants de Nantes de 16 ans ou plus pourront soumettre des sujets d’intérêt général en Conseil municipal.

Concrètement, une première phase permet de déposer les questions, avant une étude par la Ville permettant de retirer celles n’étant pas d’intérêt général et celles déjà traitées. Ensuite, les questions retenues sont soumises, pendant six semaines, à l’avis des nantaises et nantais. Pour être validée puis discutée en Conseil municipal, chaque question doit recevoir le soutien de 300 personnes de trois quartiers différents. Lorsque c’est le cas, la question sera à l’ordre du jour et son auteur aura 5 minutes pour exposer ses arguments devant les élus.

La première interpellation citoyenne a été présentée au conseil municipal du 21 juin 2024. Cette question de Dimitri Marquois, qui avait recueilli 366 soutiens dont 295 Nantais, était : « Pourquoi les chiens de plus de 6kg ne sont pas autorisés à accéder aux transports
en commun ? ». 

Déploiement d’ateliers de négo-training dans les quartiers pour réduire les inégalités salariales

Mairie Action sociale
Promesse en partie appliquée
Mis à jour le : 31/05/2024
L’école Audencia, avec le soutien de la Métropole, organise des ateliers de négo-training depuis 2017, soit depuis le mandat précédent de Johanna Rolland. Suite à la crise du Covid, l’école de commerce propose également des sessions en ligne. 5 000 femmes devraient être formées d'ici 2025. Ce n’est pour l’instant qu’un seul organisme qui réalise ces ateliers. Le déploiement dans tous les quartiers est toujours attendu.

La plateforme RSE de Nantes Métropole propose également des sessions de formation pour devenir formateurs/formatrices en négo-training (savoir négocier son salaire lorsque l'on est une femme). 

Création d’espaces publics respectueux des genres

Mairie Urbanisme
Promesse en partie appliquée
Mis à jour le : 31/05/2024
Cette promesse de créer des espaces publics respectueux des genres demanderait à être précisée. Pour la Ville de Nantes, il s'agit surtout de rendre l'espace public respectueux des femmes. À en croire les réactions de femmes sur les réseaux sociaux, les rues de Nantes ne sont pas toujours des espaces de tranquillité. 

Malgré tout, la Ville annonce certaines actions comme le réaménagement des cours d'école pour laisser plus de place aux filles ou encore un travail sur la place des femmes sur l'espace public dans le cadre du projet cœur de quartier au Breil par exemple.

Dans l’objectif de rendre les espaces publics plus égalitaires et inclusifs, la municipalité a installé également des distributeurs de protections périodiques. Malgré tout, l’association Osez le féminisme regrettait en 2022 le manque d'aménagements, notamment sur l’île de Nantes. En 2023, la Samoa a alors fait appel à Chris Blache, anthropologue urbaine, pour travailler sur la question. Une promesse qui avance timidement.

Pour aller plus loin

Vous aimeriez lire toutes nos enquêtes collaboratives ?

Faites vivre l’investigation locale, soutenez Mediacités