Comment en finir avec les violences obstétricales

De Nantes à Lyon en passant par Tourcoing, des femmes nous ont raconté les violences qu'elles ont subies en accouchant, encore récemment. Si des solutions existent pour réduire ces souffrances, leur mise en place peine à se généraliser.

Pixabay- Parentingupstream(1)
Sept ans après la libération de la parole sur les violences obstétricales, les initiatives pour prendre en compte cette problématique reposent davantage sur la bonne volonté des associations et de certains médecins. / © Photo Parentingupstream – Pixabay

«Mon bébé se présentait avec le visage orienté dans le mauvais sens. Le médecin l'a retourné avec ses mains, sans me prévenir. J'ai hurlé de douleur », raconte Margaux, qui a accouché à Sainte-Foy-Lès-Lyon, près de Lyon, en 2017. « On m’a maintenu le bassin de force pour examiner mon col de l’utérus, j’ai crié d’arrêter mais on m’a juste répondu : "Je sais, je sais", tout en continuant. Je l’ai vécu comme un viol », confie Sandra, une vingtenaire de Bourg-en-Bresse qui a accouché en novembre 2020. « Cela faisait quarante-et-une heures que j’étais à la maternité, mon enfant n’était toujours pas né. Je n’en pouvais plus de la douleur et j’ai fait deux crises de nerfs. Ma détresse psychologique n’a pas du tout été écoutée », raconte à son tour Aurélie, une habitante de Tourcoing qui a accouché en 2020.

Margaux, Sandra et Aurélie ont répondu à l'appel à témoins sur les violences obstétricales, lancé par Mediacités en mai dernier (voir En Coulisses). Sept ans après les 7 000 témoignages suscités par le mouvement #PayeTonUtérus, nous avons voulu savoir si des femmes subissaient encore des violences obstétricales aujourd'hui. Au total, nous avons recueilli une centaine de témoignages de victimes de ces violences d'un peu partout en France. Certaines femmes ont accepté de nous confier leur expérience lors d’un entretien.

https://www.mediacites.fr/la-fabrique/national/2021/10/18/que-signifie-donner-naissance-en-france-en-2021/

Comme le définit le Haut Conseil à l’Égalité, les violences obstétricales peuvent prendre des formes très différentes, des plus anodines en apparence aux plus graves. Cela peut être la non prise en compte de la gêne de la patiente, des propos porteurs de jugements qui renvoient à des injonctions sexistes, des injures sexistes, des actes médicaux exercés sans recueillir le consentement, des actes ou refus d’acte non justifiés médicalement, ou encore des violences sexuelles. Elles sont le fait de professionnels de santé de toutes . . .

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers. En cas d'échec, écrivez à contact@mediacites.fr

  • Accédez aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrez un média 100% indépendant et sans aucune publicité

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. En vous abonnant aujourd’hui, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 8 minutes

Par Marine Mugnier et Delphine Tayac