Refermer la séquence « Covid-19 ». Après un entre-deux tours inédit qui a duré trois mois et demi, les seconds tours des élections municipales et métropolitaines se sont tenus ce dimanche 28 juin dans la métropole de Lyon, au terme d’une campagne électorale hors normes. Mediacités vous fait vivre en direct cette soirée électorale.

Les résultats du second tour des municipales dans la Métropole de Lyon :

 

21h17 – Le 7e arrondissement de Lyon repeint en Vert. La candidate EELV Fanny Dubot indique avoir remporté l’élection dans cet arrondissement très favorable aux écologistes avec près de 62% des voix, contre seulement 18% pour Loïc Graber, tête de la liste “Respirations” de Georges Képénékian. 

21h10 – Les choses se précisent à la Métropole. Fabien Bagnon, tête de liste EELV dans la circonscription Lyon Centre annonce sa victoire à Mediacités. Il indique avoir rassemblé près de 45% des suffrages. Le suspens n’était pas énorme dans cette circonscription, où le “Monsieur vélo” de la métropole était déjà arrivé en tête au premier tour avec plus de 27% des voix. Tout reste encore en jeu dans d’autres circonscriptions, notamment “Rhône-Amont” (qui comprend Vaulx-en-Velin) ou celle du “Plateau-Nord”, à même de faire basculer la collectivité dans le camp des Verts.  

21h – Grégory Doucet presque maire de Lyon ? Annoncé victorieux par le directeur de l’institut de sondage Ipsos sur France 2 (avec 53,5% des voix contre 30,5% pour Yann Cucherat, le candidat de la liste Collomb-LR) la tête de liste EELV s’est furtivement montrée devant la presse à Lyon, en refusant de prendre officiellement la parole. « On attend les résultats définitifs », s’est-il borné à lâché, tout sourire, avant de s’engouffrer dans la salle de concert de la brasserie où EELV a établi son QG pour la soirée électorale. Les embrassades et les coups de téléphones joyeux dans l’équipe de campagne des écologistes ne laissent que peu de doutes sur l’issue du scrutin. Encore inconnu il y a un an [lire son portrait], Grégory Doucet, cadre chez Handicap International, succéderait à Gérard Collomb et ferait tomber la troisième ville de France dans l’escarcelle des écologistes. 

20h45 – Pas de victoire du Rassemblement national à Givors. Dans la commune du sud de la Métropole de Lyon, Mohamed Boudjellaba, le candidat soutenu par EELV, l’emporte d’une courte tête devant la maire sortante PCF Christiane Charnay et le chef de file du RN du Rhône Antoine Mellies, comme l’annonce Le Progrès. La ville de 20 000 habitants était le seul espoir de victoire du parti de Marine Le Pen dans le Grand Lyon qui a été laminé au premier tour dans les 59 communes de la Métropole. Arrivé en second position au premier tour, Antoine Mellies espérait profiter d’une quadrangulaire incertaine, les trois autres candidats (PCF, écologiste et LREM) n’étant pas parvenus à s’entendre pendant l’entre-deux tours. Mohamed Boudjellaba, opposant acharné à la majorité communiste en place depuis l’après-guerre, réussi donc son pari, avec seulement quelques dizaines de voix d’avance toutefois. Fragilisée par plusieurs affaires judiciaires et par la condamnation de l’ancien maire Martial Passi pour prise illégale d’intérêt, la majorité PCF perd ainsi l’un des derniers bastions rouge de la périphérie lyonnaise. Seule Vénissieux peut désormais rester entre les mains des communistes. 

20h10 – Tous les bureaux de vote de Lyon sont désormais fermés. Gérard Collomb et François-Noël Buffet sont à l’hôtel de ville. Les écologistes Grégory Doucet et Bruno Bernard sont eux au Ninkasi de Gerland, à l’écart de la presse. Une bonne partie des médias locaux (dont Mediacités) et nationaux (Europe 1, Le Monde, Le Parisien…) patientent en attendant les premiers résultats et déclarations au QG du soir d’EELV. Double ironie de l’histoire : c’est dans cette brasserie-salle de concert du 7e arrondissement que Gérard Collomb avait réuni, en décembre 2019, ses partisans pour l’une de ses premières réunions de campagne. Et c’est ici, qu’il avait fêté son élection à la tête de Lyon en 2001 !

19h – Les Verts à Gerland, les deux “K” dans le 3e. Les candidats n’ont pas tous précisé où ils comptent vivre leur soirée électorale. Les écologistes Grégory Doucet et Bruno Bernard ont installé leur QG au Ninkasi Gerland. Ils ont annoncé une prise de parole à partir de 20h30. Une manière pour EELV de revendiquer une éventuelle victoire très tôt, afin de pouvoir profiter des émissions des grandes chaînes de télévisions, qui se terminent pour la plupart à 22 heures (d’autant plus que BFM est aujourd’hui en grève). Les équipes de David Kimelfeld et Georges Képénékian seront pour leur part présentes à partir de 21h30 dans un bar du 3e arrondissement. Gérard Collomb, Yann Cucherat et François-Noël Buffet n’ont pas encore fait connaître leur agenda pour ce soir. 

18h45 – L’abstention au centre de l’attention. Au premier tour, le 15 mars dernier, le taux d’abstention avait atteint le niveau record de 61% à Lyon, soit 17 points de plus qu’en 2014. L’abstention a même dépassé les 70% en périphérie de Lyon, comme à Vaulx-en-Velin ou Vénissieux. De quoi remettre sérieusement en cause la légitimité du suffrage. L’effet « Covid-19 » observé au premier tour sera-t-il atténué ce soir ? Rien n’est moins sûr : à 17 heures seulement 32% des électeurs du Rhône s’étaient rendus aux urnes, contre près de la moitié en 2014. L’ambiance post-confinement n’explique pas forcément à elle seule cette démobilisation. Certains scrutins apparaissent gagnés d’avance, ne favorisant pas le déplacement dominical aux yeux des électeurs : à Villeurbanne, où l’alliance Gauche-EELV est annoncée largement en tête, seuls 17% des électeurs avaient voté à 16 heures (contre 24% au premier tour à la même heure).

18h30 – Quelles élections en jeu ? Les habitants du Grand Lyon ont voté deux fois ce matin. Le premier bulletin visait à choisir le maire de leur commune. Si plusieurs villes ont élu leur maire et son équipe dès le premier tour en mars dernier (Rillieux-la-Pape, Saint-Priest, Caluire, des communes des Monts-d’Or…), d’autres doivent encore départager deux, trois voire quatre listes.

Parmi les principales communes à suivre ce soir : Lyon bien sûr, mais aussi Villeurbanne, Bron, Vaulx-en-Velin, Vénissieux ou encore Oullins. Ici le calcul est simple : la liste arrivée en tête rafle immédiatement la moitié des sièges disponibles, l’autre moitié étant répartie à la proportionnelle. Deuxième scrutin : l’élection pour la Métropole de Lyon, sans doute la plus importante au regard des compétences de cette nouvelle collectivité, créée en 2015. Elle est organisée dans 14 circonscriptions qui regroupent les 59 communes de la Métropole. Il faudra sortir la calculette et compter le nombre d’élus remportés circonscription par circonscription pour désigner le vainqueur de la soirée (entre le sortant %David Kimelfdeld, l’écologiste Bruno Bernard et le Républicain François-Noël Buffet).

Si vous souhaitez nous adresser des documents en passant par une plateforme sécurisée et anonymisée, rendez-vous sur pals.mediacites.fr

Point final.
Mathieu Périsse  et  Nicolas Barriquand
Mathieu Périsse collabore avec Mediacités Lyon depuis juin 2017, convaincu de la nécessité d’une information locale indépendante et percutante. Lyonnais de naissance, il a d’abord travaillé pour la radio (Radio France, RTS), notamment lors de reportages longs-formats à l’étranger (Afghanistan, Biélorussie, Chypre, Burkina Faso…). Membre du collectif de journalistes We Report, il écrit régulièrement pour Mediapart, journal pour lequel il a enquêté pendant un an sur la pédophilie dans l’Eglise catholique (également en lien avec Cash Investigation).

Réagir à l'article

Merci d'entrer votre commentaire !
Merci d'entrer votre nom ici